Patisserie Yann Couvreur

Pâtissier star au Prince de Galles, le jeune trentenaire qui fait craquer ces dames, ouvre sa première pâtisserie quartier Goncourt. Des viennoiseries aux desserts minute, l’adresse fait courir tout Paris.

Le garçon a beau dormir 3 h par nuit, sa barbe de trois jours, son teint rouquin et sa belle gueule – un mix entre Frédéric Michalak et Jean Galfione – fait se rameuter tout Paris. Habitué au contact – il a grandi dans la librairie de son père -, formé chez les meilleurs – du Trianon à Versailles au Park Hyatt et plus récemment au Prince de Galles, Yann Couvreur apprend la pâtisserie light et y ajoute sa créativité pure. Avec comme voisins le Chateaubriand, le Tannat ou le Galopin de Tischenko, sa pâtisserie aux airs de coffee-shop éco-friendly dessinée par Philippe Di Méo, fait le plein non-stop depuis l’ouverture, écoulant les stocks en quelques minutes. Par l’odeur alléchée des viennoiseries, le client tient chaque matin à peu près le même langage : roulés au mètre ou à la pièce divins, kouign-amann au blé noir sentant bon la Bretagne, kouglofs à se damner… Après 11 h, razzia sur les pâtisseries, avec en favori l’éclair chocolat coco bien plus gourmand qu’ailleurs. Le meilleur pour la fin en versions desserts minute sortant les « recettes palace » du chef : millefeuille à la vanille de Madagascar – l’incontournable – et tarte aux framboises à l’estragon aussi puissante que rafraichissante. La maison servant ses pâtisseries sur des sets de table illustrés de la plus jolie des façons, la pause en vitrine comme à New-York fait l’instant de grâce.

137 avenue Parmentier, 10è. Fermé le lundi.