Nos 5 adresses préférées pour manger du poulet frit à Paris

Il fut une époque pas si lointaine où on mangeait du poulet frit à la pelle, ou plutôt au bucket. Parce que c’était bien trop gras, on s’est résigné et on a accepté de rompre avec cette spécialité réconfortante. Mais Paris est là pour sécher nos larmes : de nombreux restaurants proposent désormais une version bien plus qualitative et tout aussi gourmande de cette volaille à l’américaine.

 

Le poulet frit le plus typique : Gumbo Yaya

Poulet frit de Gumbo Yaya
Source : Facebook de Gumbo Yaya

 

Connaissez-vous la soul food ? Typique du sud des États-Unis, cette cuisine réchauffe les âmes à coup de street food gourmande. On vous prévient, en cajun « gumbo yaya » veut dire brouhaha, préparez-vous donc à un joyeux bazar. Dans ce micro-comptoir à la devanture rouge, il y a deux stars. Les gaufres et le poulet frit, comme en Louisiane. Le compère à plumes est mariné dans du lait fermenté, pané et trois fois frit pour un résultat croustillant et fondant. On le dévore, au choix, avec des gaufres au sirop d’érable ou dans un bun doré et recouvert de cheddar fondu. Une popote tout plaisir qui se mérite : une longue file d’attente occupe chaque jour le parvis, avant même l’ouverture du restaurant.

Gumbo Yaya
3 rue Charles Robin, 10e
Ouvert du lundi au vendredi, de 12h à 14h30 et de 19h30 à 22h30, le samedi uniquement au dîner

 

Le poulet frit le plus régressif : Cot Cot

Poulet frit de Cot Cot
Source : Facebook de Cot Cot

 

Que ceux qui ont une passion pour les nuggets lèvent le doigt : allez ensemble, on y va ! Chez CotCot, la volaille Label Rouge est frite à la cocotte sur fond de hip-hop. Légère et croustillante, elle picore une sauce barbecue fumée juste ce qu’il faut. Ensuite, c’est le choix du roi de la basse-cour. Soit on couche le poulet frit dans un pain brioché, nappé de caviar d’aubergines et d’une sauce au yaourt et à la menthe, soit on l’accompagne de frites de patates douces. Et si les places sont rares, on peut toujours se rabattre sur le square Anvers pour le pique-nique gourmet : en plus, le sac floqué est photogénique – raison de plus pour l’exhiber.

Cot Cot,
21 rue Gérando, 9e
Ouvert le mardi de 12h à 15h, du mercredi au vendredi de 12h à 15h et de 19h à 22h30, en continu à partir de midi le week-end

 

Le poulet frit le plus relevé : Hero

Poulet frit de Hero
Instagram de Hero

 

Si vous avez prévu de goûter à tous ces poulets frits dans l’ordre d’apparition, à mi-parcours, vous avez sans doute soif d’ailleurs. Ciao l’Amérique, bonjour la Corée ! Cet oiseau-là se coiffe d’une sauce gochu jang, un condiment fermenté piquant, à base de piment. Avec ça, du riz ou du kimchi mais surtout une flopée de cocktails pointus. Pas étonnant, l’affaire est tenue par le Quixotic Project (Candelaria, Mary Céleste). Dans cette ambiance hip-hop, il faut donc opter pour un breuvage Thug Life au soju – un robuste alcool de riz, mezcal et yuzu. De quoi atténuer le feu sacré qui brûlera dans votre palais après cette dégustation épicée.

Hero
289 rue Saint-Denis, 2e
Ouvert tous les jours de 12h à 14h30 et de 19h à 23h

 

Le poulet frit le plus gourmet : Ellsworth

Poulet frit de Ellsworth
Source : Facebook de Ellsworth

 

C’est non loin du Palais Royal, dans un bistrot franco-américain, que se cache un poulet frit qui mériterait un couronnement. Savamment épicée, croustillante et piquante, la volaille se mêle à des pickles de concombre et du chou blanc râpé. Elle plonge tête-bêche dans une sauce onctueuse au lait fermenté. Le reste de la carte se partage et envahit la table en marbre, entre brocolis croquants et homard à l’ail. Bonne nouvelle, tout ce beau monde s’affiche aussi au brunch le dimanche, escorté de près par des pancakes et des beignets de ricotta. Une bonne planque pour gourmets américanophiles en somme.

Ellsworth
34 rue de Richelieu, 1e
Ouvert du mardi au samedi, de 12h15 à 14h15 et de 19h à 22h30

 

Le poulet frit le plus réconfortant : PoBoy

Poulet frit de PoBoy
© Site Internet de PoBoy

 

Au bord du Canal Saint-Martin, Rachel Moeller déploie sur deux étages une adresse cajun (typique du sud des États-Unis). Au rez-de-chaussée, le café-comptoir-à-glaces s’appelle PoBoy, comme un célèbre sandwich de la Nouvelle-Orléans né dans les années 1920. Mais c’est une autre spécialité qui nous fait frétiller : le Nola Fried Chicken. On croque à grands crocs dans ce poulet frit sauce mississipi comeback, à base de mayonnaise et de chili. On arrose ça d’un rafraîchissant thé glacé maison, d’une gourmande tarte à la noix de pécan et on ferme les yeux en pensant à l’Amérique.

PoBoy Café
72 quai de Jemmapes, 10e
Ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 22h30 (20h le dimanche)