Quai de Meudon

Le chef Jean-Christophe Lebascle aime les grands espaces. Après avoir investi en 1989 l’ancienne manufacture de tabac d’Issy-les-Moulineaux relookée en un loft contemporain où l’on se sustente correctement, le voici dans l’ancienne gare de Meudon.

Au rez-de-chaussée, cuisine ouverte sur une salle immense baignée de lumière. Deux étages plus haut par l’ascenseur, une terrasse qui entoure une grande partie de cette gare de construction Eiffel. Vue imprenable sur l’île Saint-Germain et les travaux de l’île Seguin. Pas de quoi s’extasier mais, par sa tranquillité, cette terrasse devrait faire des heureux.

Pas de quoi s’extasier non plus sur la cuisine d’un classicisme déroutant ; foie gras de canard en terrine, émietté de crabe et crème d’avocat, soupe de poissons, escargots de Bourgogne en coquille ou tartare de dorade, huile aux herbes et mangue verte manquant singulièrement de tranchant, de niaque, de parfums, de saveurs.

Pavé de cabillaud, purée de pommes de terre, filet de saint-pierre, pommes purée, tartare de bœuf frites, foie de veau pommes purée, parmentier de confit de canard, entrecôte sauce bordelaise frites, filet de bœuf frites… Le chef semble vénérer les patates. Il en sert aussi, mais des grenailles cette fois, avec un filet de haddock cuit à la vapeur et beurre fondu qui s’en sort avec les honneurs, au même titre que la mousse au chocolat.