Nos 5 adresses préférées pour manger japonais sans se ruiner

Lorsqu’on veut manger japonais à Paris, on pense, à tort, que l’addition sera très vite salée. A moins de faire une croix sur la qualité. Pourtant, la capitale regorge de spécialités nippones délicieuses à prix bas. Bentos, takoyakis, makis… Voilà les 5 restaurants qui vous régaleront sans vous ruiner. 

 

Pour un bento vitaminé : Juji-Ya

©Epicurrence on Unsplash

 

Depuis 1991, cette épicerie-traiteur est le repère des amateurs de bentos japonais. En file indienne, on déchiffre la carte en V.O. puis on commande un mignon plateau-repas. Notre choix se porte sur le porc pané (tonkatsu) qu’on accompagne de riz blanc, d’une bardée d’algues en salade, d’aubergines fondantes au sésame et de tofu pané. C’est savoureux, plutôt copieux mais on ne peut pas résister à l’appel d’une part de cake amandes-yuzu. Et on ne regrette pas notre choix ! Pour rester local, on marie notre repas à un surprenant thé vert grillé.

Juji-Ya
46 rue Sainte-Anne, 2e
Ouvert de 10h à 22h du lundi au samedi, le dimanche de 10h à 21h
Bentos : 9,5 – 13,5€

 

Pour un takoyaki : Happa Teï

Takoyaki
© Happa Teï

 

À l’heure du déjeuner, l’échoppe est prise d’assaut par les travailleurs du quartier. Il faut dire qu’on croque ici dans une spécialité nippone méconnue : les takoyaki, venus d’Osaka. Dorées à l’extérieur et fondantes à l’intérieur, ces boulettes iodées sont composées de blé, d’œuf, de bouillon de poisson, de gingembre et de poulpe. Les jours de chance, on les dévore dans la toute petite salle de l’étage, nappées de sauce. Ensuite, on s’essaye aux okonomiyaki, des galettes de chou blanc cuites à la plancha, recouvertes de sauce barbecue et de bonite séchée qui ondule sous nos yeux. De l’excellente comfort food à la japonaise comme on n’en a pas l’habitude.

Happa Tei
64 rue Sainte-Anne, 2e
Ouvert du lundi au samedi de 12h à 17h30 et de 19h à 22h
6 takoyakis : 8€

 

Pour un sandwich au porc pané : Abri

Intérieur du restaurant japonais Abri
© Facebook du restaurant japonais Abri

 

Ça pourrait devenir un nouveau mantra : « Le samedi midi, c’est Abri. » Dans un décor aussi minimaliste qu’industriel, on déguste ce jour-là (et ce jour-là seulement) un Katsu sando désormais culte. Entre deux tranches de pain brioché toasté viennent se lover un lit de chou rouge acidulé, du porc pané croustillant, une omelette baveuse aux herbes, du fromage, une sauce barbecue et de la mayo. Maous costaud et diablement réconfortant. La limonade au sureau comprise dans la formule vient arroser le menu et on finit en beauté avec une petite madeleine, offerte par la maison. De quoi oublier l’attente parfois longuette.

Abri
92 rue du Faubourg-Poissonnière, 9e
Ouvert du mardi au samedi de 12h30 à 14h (15h le samedi) et de 19h30 à 22h
Le samedi midi : tonkatsu + boisson 13€

 

Pour des makis à prix mini : Rice and fish

Salle du restaurant japonais Rice and Fish
© Site Internet de Rice and Fish

 

Mur street art, suspensions industrielles et comptoir carrelé : rien ne semble indiquer qu’on a mis les pieds dans une gargote japonaise. Peut-être parce que c’est un Californien aux manettes et que le lieu a été pensé comme un sushi bar à l’américaine… N’empêche, la formule déjeuner est un imbattable rapport qualité-prix. Pour 10 euros, en plus d’une soupe aux algues et d’une salade de chou rouge, on se régale de 12 makis bien troussés. Certains sont aux légumes cultivés dans la ferme des propriétaires en Seine-et-Marne, d’autres au tempura de gambas ou au saumon teriyaki. Ça fait du bien parfois, de sortir des sentiers battus.

Rice and Fish
16 rue Greneta, 2e (deux autres adresses : au 22 de la même rue, et 39 rue des Vinaigriers, 10e)
Ouvert le lundi de 12h à 15h et du mardi au samedi de 12h à 15h et de 19h30 à 23h
Au déjeuner : salade + soupe + 12 makis : 10€

 

Pour un donburi de midi : Peco-Peco

Donburi du restaurant japonais Peco Peco
© Facebook de Peco Peco

 

Avec son carrelage vintage, ses murs en pierres apparentes et ses bouquets de fleurs fraîches, l’adresse a des airs de néo-bistrot franchouillard. Le nom, pourtant, est l’onomatopée japonaise d’un estomac qui gronde à cause de la faim. Prometteur. Tous les midis, la carte affiche quatre donburis – des bols de riz garnis. Avec son œuf nitamago (une cuisson basse température) mariné au soja, la version végétarienne nous agite les papilles. Les amoureux de la mer pencheront plutôt pour celui au hareng fumé. Et pour les amateurs de sandwichs, Peco-Peco revisite le fameux Katsu sando dans une baguette de pain croustillante. Avec tout ça, notre ventre ne devrait plus crier famine de si tôt.

Peco-Peco
47 rue Jean-Baptiste Pigalle, 9e
Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 14h et de 19h à 22h30 (y compris le samedi)
Au déjeuner : formule donburi 13,5€ (avec un accompagnement)