5 bistrots parisiens pas chers et trop bons

Alors que Paris regorge de restaurants cosmopolites, on aime aussi revenir aux grands classiques de notre enfance dans un bistrot. Pas chère et réconfortante, la cuisine traditionnelle marque son grand retour et ce sont les gourmets fauchés qui peuvent se réjouir. Voici nos 5 adresses préférées pour manger français, sans se ruiner.

 

Bistrot démocratique : L’Orillon bar

Dans les veines de ce bistrot coulent les fondamentaux parisiens. À quelques encablures du marché de Belleville, ce “bar démocratique” sert au déjeuner une cuisine aussi populaire que rafraîchissante entre ses quatre murs bruts. C’est prometteur, la carte est très courte : trois entrées, une viande ou un poisson, deux desserts et basta. Depuis toujours, l’œuf mayonnaise y a une place de choix. En toute saison, on le déguste jaune orangé et recouvert de mayo maison. Pour le reste, on se régale des classiques français comme l’épaule d’agneau rôti et sa ratatouille. Et on revient le soir, quand la foule déborde sur la rue, pour siroter un bon verre de vin et picorer une assiette de fromages.

L’Orillon bar
35 rue de l’Orillon, 11e
Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 2h et le samedi de 6h à 2h
Formule déj : entrée plat ou plat dessert 14€

 

Bistrot généreux : Les Arlots

Petit mais costaud, ce jeune restaurant de 28 couverts est devenu une référence parmi les bistrots français de Paris, à la seule force de sa saucisse-purée. S’il faut parfois jouer des coudes pour se faire une place au zinc et goûter à la spécialité, on ne le regrette pas une seconde. La mousseline aérienne enrobe une saucisse maison à l’épaule de porc : le plat réconfortant par excellence. Des casseroles du chef sortent aussi toutes sortes d’abats et autres terrines rétros. Une tambouille généreuse qui penche plutôt vers le côté viandard de la Force donc. Allez, laissez-vous tenter par l’une des nombreuses bouteilles qui recouvrent le mur : la sélection nature et bio ne déçoit jamais !

Les Arlots
136 rue du Faubourg Poissonnière, 10e
Ouvert du mardi au samedi (fermé le mercredi) de 12h à 14h30 et de 20h à 10h30
Formule déj : entrée plat ou plat dessert 17€

 

Bistrot populaire : Le Cadoret

À deux pas des Buttes Chaumont, voilà un bistrot bien balancé dont on aimerait faire sa cantine. Y venir le matin pour croquer dans un pain au chocolat et siffler un café au comptoir, puis commander le plat du jour – des pommes dauphines légères et croustillantes qui accompagnent un tartare impeccable. Y rester de longues heures à regarder le temps qui passe comme dans les cafés d’avant. Car on a l’impression, à travers la cuisine populaire de Léa Fleuriot, de déguster des plats de famille qu’on chérit et transmet de génération en génération. Et ce n’est pas la crème caramel, délicieusement régressive, qui va nous faire dire le contraire…

Le Cadoret
1 rue Pradier, 19e
Ouvert du mardi au samedi de 8h à minuit
Formule déj : entrée plat ou plat dessert 16,5€

 

Bistrot gourmand : Les Pères populaires

Les Pères Populaires
© Les Pères Populaires

 

Le calme de ce quartier résidentiel s’atténue à mesure qu’on approche du troquet lancé par Florent Ciccoli (Café du Coin) et sa bande de copains en 2007. Sur le trottoir, les habitués sont nombreux à cloper en bavardant. L’intérieur a tout d’un bar étudiant bohème – la faute aux murs nus et au mobilier chiné à droite et à gauche – mais les prix au ras des pâquerettes font que l’adresse vaut le détour. Pour seulement 13 euros, on se régale d’une salade de lentilles et saumon avant de s’attaquer à un magret de canard joliment rosé et des champignons parsemés d’aneth. Une cuisine gourmande et sans chichi, arrosée d’un vin de soif à 2€, qui redonne le moral à quiconque la goûte.

Les Pères Populaires
46 rue de Buzenval, 20e
Ouvert tous les jours, du lundi au vendredi de 8h30 à 2h, et le week-end de 10h30 à 2h
Formule déj : entrée plat ou plat dessert 13€

 

Bistrot franchouillard : Buffet

Œuf en gelée du restaurant français Buffet
© Thomas Pirel

 

Il faut quitter le bouillonnant Faubourg Saint-Antoine et s’engager dans un passage un peu sombre pour tomber sur ce bistrot franchouillard. Sur la vitrine, son nom est inscrit en lettres d’or : Buffet. À l’intérieur, les tables en Formica sont recouvertes de nappe en vichy rouge et les assiettes fleuries rappellent la vaisselle de nos grands-parents. Installez-vous sur la banquette en skaï rouge et laissez faire le Chef australien Chris Edwards. Il joue chaque jour une partition parfaite autour des plats préférés des Français. Ne misez pas tout sur la généreuse terrine de campagne ou vous n’aurez plus assez de place pour la suite : un steak frites de haute volée et un gâteau au chocolat et à l’orange sanguine. Pile ce qu’on attend d’un déjeuner rétro.

Buffet
8 rue de la Main d’or, 11e
Ouvert du mercredi au samedi de 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 23h, et le mardi uniquement le soir.
Formule déj : entrée plat ou plat dessert 16,5€