Sushi-B

Les vagues nippones continuent de battre le pavé. Après la déferlante cuisine française par des chefs japonais, place à un ras de marée de gastronomies du pays Soleil Levant par des toques du même bord.

Dernière en date, cette table à sushis, voisine de la rue Sainte-Anne. Un comptoir de 8 couverts élégamment mis, entre accueil en kimono, arts de la table katoubon et sushiman mutique. Japonais stylés et beautiful people argentés apprécient. Nous aussi. Tofu au sésame grillé et wasabi – mou, torréfié… curieux –, bar et foie de lotte – délicat en texture, puissant en bouche –, quenelle de thon au yuzu en bouillon – vif –. Voilà pour commencer. Suivent une dizaine de sushis en rafale, dont quelques sommets : encornet – soyeux –, thon rouge – fondant –, Saint-Jacques – croquant –, bonite fumée – entêtant –. Même le dessert séduit : glace de riz blanc et sauce soja sucrée – voluptueux –. Restent les prix. 58 € pour ce menu au déjeuner : beaucoup dans l’absolu, peu à ce niveau de qualité et de quantité. Arigato donc.

Note : 4/5