Yoshinori : un néo-gastro au carrefour de l’Odéon

Dans l’une de ses rues planquées, l’ex-chef du Petit Verdot (6e) et de l’Auberge du 15 (13e) se lance à son compte.

Carrefour de l’Odéon: le petit monde de la gastronomie se presse. Place à un souplex de poche, précieux et léché. Une façon d’écrin, de pierre, de marqueterie et de bleu, affichant d’entrée les ambitions de Yoshinori Morie. Recueillement et silence de rigueur. Les assiettes suivent… lentement.


© Jérôme Berger

L’adresse n’a que quelques jours. Chinchard mi-cuit et racines de saison – coloré, peu iodé, mais plaisant –, échine de cochon fermier et olives de Kalamata – viande trop cuite et légumes pas assez –, chocolat noir, graines de sarrasin et glace à la reine des prés – élégant et envoûtant. Les vins jouent la carte nature en plein, comme ce VDF blanc, Pierre Précieuse, 2014, d’Alexandre Bain (10 € le verre !). Les touristes japonais photographient, les critiques d’ici applaudissent. Nous, nous reviendrons plus tard, le temps que la cuisine se mette davantage en place._J.B.