5 oeuvres qui ont fait polémique à Paris

Ces œuvres éphémères ou permanentes ont fait beaucoup parler d’elles ces dernières années. Zoom sur ces sculptures et ces installations qui ont irrité, chacune à leur manière, les Parisiens. Avant, pour certaines, d’être largement adoptées !

 

“Bouquet de tulipes” de Jeff Koons

Oeuvre bouquet de tulipes de Jeff Koons
Bouquet de Tulipes. Photomontage © Jeff Koons. Courtesy of Noirmontartproduction

 

En offrant une sculpture en bronze et acier à la Mairie de Paris en hommage aux attentats du 13 novembre, Jeff Koons lui a en quelque sorte fait un cadeau empoisonné. Au lieu de susciter l’émotion comme souhaité, le fameux « Bouquet de tulipes » de 10 mètres de haut a créé la polémique. En cause ? Son coût de construction et d’installation estimé à plus de 3 millions d’euros. Une tribune signée par une trentaine d’artistes a également pointé du doigt l’absence de lien entre les événements tragiques et le « choix de l’oeuvre et surtout son emplacement ». Beaucoup craignaient que son poids de 33 tonnes ne détériore le lieu choisi par l’artiste : la place située entre le Palais de Tokyo et le musée d’art moderne. Après moult négociations, cette œuvre colorée sera finalement installée au Petit Palais, et financée par des fonds privés.

 

La Pyramide du Louvre

<small>Photo by Irene Ledyaeva on Unsplash<small>
Photo by Irene Ledyaeva on Unsplash

 

Si aujourd’hui la Pyramide est l’un des monuments parisiens les plus appréciés, il n’en était pas de même il y a encore une vingtaine d’années. Au moment de son inauguration en 1989, l’oeuvre de verre et de métal de l’architecte Leoh Ming Pei est même très décriée. Son style contemporain tranche tellement avec celui du Louvre que certains la qualifient de « degré zéro de l’architecture ». Très réfractaire, le maire du 1er arrondissement avait même proposé un référendum local à son sujet. Cela ne suffira pas à faire annuler le projet, qui répondait aussi à une nécessité. A cette époque, le Louvre ne disposait en effet pas réellement d’entrée.

 

Les Deux Plateaux de Daniel Buren

<small>Les Deux Plateaux ©Wassila Djellouli<small>
Les Deux Plateaux © Wassila Djellouli

 

Alors que la cour du Palais Royal à Paris n’est encore qu’un parking, le Ministère de la Culture sollicite Daniel Buren pour y faire émerger une œuvre d’art. L’artiste y crée les Deux Plateaux, une œuvre sur 3000 m2 constituée de 260 colonnes de marbre blanc, zébrées de noir et de tailles différentes. Convaincus qu’elle dénature l’esthétique du Palais Royal, des riverains et des associations saisissent le tribunal administratif de Paris. Des graffitis recouvrent ces colonnes perçues comme indésirables. Aujourd’hui, les Deux Plateaux sont devenus très populaires aux yeux des touristes et des locaux qui viennent y jouer avec leurs enfants.

 

The tree de Paul McCarthy

Paul McCarthy, Tree, Place Vendôme
Paul McCarthy, Tree, Place Vendôme © DR

 

En 2014, en parallèle de l’ouverture de la Foire Internationale d’Art Contemporain, Paul McCarthy érige une immense structure gonflable verte au milieu de la place Vendôme. Nommée the ‘Tree’, l’oeuvre de 24 mètres joue sur l’ambiguïté entre la forme d’un sapin de Noël et celle d’un plug anal. Une provocation aux yeux de certaines personnes, qui n’ont alors pas hésité à vandaliser l’oeuvre. Cette dernière a même valu au plasticien américain de se faire agresser en pleine rue. « A quoi sert l’art si ce n’est de troubler, de poser des questions, de révéler des failles dans la société ? » avait alors interrogé Jennifer Flay, la directrice artistique de la FIAC au journal Le Monde.

 

Les œuvres de Maurizio Cattelan

Him Mauricio Cattelan
Him de Mauricio Cattelan à la Monnaie de Paris © DR

 

Fin 2016/début 2017, la Monnaie de Paris faisait la part belle aux travaux de Maurizio Cattelan. Un artiste italien connu pour ses œuvres ultra-réalistes et son humour noir. L’occasion d’exposer « Pape Jean Paul II tué par une météorite », œuvre dans laquelle le Pape est représenté grandeur nature et écrasé sur une moquette rouge. Avec (détail provocant) sa croix toujours brandie vers le ciel. Plus loin au sein de l’exposition, c’est « Him », une sculpture représentant un homme en train de se recueillir qui attirait l’attention des visiteurs. A y regarder de plus près, on y reconnaissait Adolph Hitler. Une surprise qui avait eu du mal à passer…