5 types de Parisiens relous à la piscine

Vous décidez d’aller nager à la piscine pour vous détendre après le boulot… et BAM ! Vous y observez autant d’incivilités que sur la ligne 13. Et presque autant d’écarts de conduite que sur le périph’. Une seule solution : se défouler, en écrivant un article pour A Nous Paris par exemple. Un top 5 peu flatteur mais ô combien réaliste des relous-nageurs. Moi, énervée ?

Celui qui vient pour discuter

 

parisiens à la piscine
Photo by Artem Verbo on Unsplash

 

C’est un spécimen rare. Mais lorsque celui-ci fréquente la même piscine que vous, vous avez le « privilège » de le voir très très très souvent. Trop souvent. Son objectif n’est pas d’exercer sa brasse non, d’ailleurs parfois il ne sait même pas nager. Mais juste de se laisser porter par une ceinture tout en tournant la tête à droite et à gauche pour saluer tout le monde. Quand personne ne daigne enlever son pince-nez pour lui faire la causette, il tient la jambe au maître-nageur. Au sens figuré, mais aussi parfois au sens propre quand il est tactile. C’est lourd une jambe, mais pas autant qu’un mec qui vient à la piscine pour discuter !

Celui qui kiffe trop la douche

 

 

parisiens à la piscine
©Lavi Perchik on Unsplash

 

La douche à la piscine, c’est quand même cool. On en profite pour rester longtemps car ça ne nous coûte pas plus cher. D’autant plus qu’on ne va pas se mentir, l’eau est plus chaude qu’à la maison et la pression du jet bien plus importante. Le problème, c’est qu’elle est souvent collective et qu’il n’est donc pas recommandé de se mettre tout nu. Et que contrairement à notre salle de bains, il y a parfois un peu la queue. Mais lui là, avec son petit slip de bain usé, il s’en fiche. C’est SON moment. Et après tout, quatre minutes de papillon, ça vaut bien une douche d’un quart d’heure non ?

Le rebelle du bonnet

 

parisiens à la piscine
Photo by Mia Gracia Tabili on Unsplash

 

Le bonnet de bain est obligatoire dans toutes les piscines parisiennes. Personne n’aime en porter, mais sans ce petit bout de latex, on se voit refuser l’entrée – ok, cette phrase est très bizarre. C’est une sorte de pacte : on accepte d’avoir une tête d’œuf si et seulement si tout le monde joue le jeu. Pareil que pour le slip de bain. Alors lorsqu’un rusé laisse « négligemment » sortir quelques mèches pour le style ou n’en porte pas du tout parce qu’il est complètement chauve, on fulmine. Jusqu’à parfois aller le dénoncer au maître-nageur. Les traîtres doivent payer…

 

L’éclabousseur

 

parisiens à la piscine
Photo by Marco Sartori on Unsplash

 

Si on est obligés de porter des lunettes qui nous laissent des marques autour des yeux toute la journée, c’est à cause des gens comme eux. Des personnes au charisme certain, qui déploient une énergie folle à créer des mouvements de vagues et des envolées de gouttes par-delà les lignes. Sûrement une performance artistique. Parce que si ce n’est pas ça, on ne voit pas bien à quoi ça peut servir… Car ça ne les fait pas forcément avancer plus vite. Selon un très sérieux sondage, ce serait les mêmes étranges personnes que celles qui brassent de l’air au boulot. Sauf que là, elles brassent de l’eau.

L’adepte du contre-sens

 

parisiens à la piscine
©Marcus Ng on Unsplash

 

Certes, il n’est écrit nulle part qu’il faut circuler à droite quand on nage. Mais il n’est pas non plus écrit qu’il ne faut pas boire l’eau de la piscine. Et personne ne le fait. Comme dans tous lieux, (comme les entreprises ou les boîtes échangistes par exemple) il y a des codes, que l’on devrait s’empresser d’appliquer. D’autant plus qu’il suffit d’un seul mouton noir pour semer la pagaille sur la ligne. Et créer de graves collisions de bonnets. C’est clairement à cause de personnes comme ça que certains se transforment en éclabousseurs. Et la boucle est bouclée.