6 coins du web pour comprendre la révolution « Sorcières »

Loin d’être une simple fantaisie, la culture Sorcières est aujourd’hui une pierre angulaire de la pensée féministe. Astrologie et ésotérisme constituent les fondements des futures révolutions. Vous peinez à l’envisager ? Pas de soucis : du podcast à la newsletter en passant par YouTube, ces six coins du web vous permettront de visualiser tout cela un peu mieux.

Sur Insta : Witches Society

Les sorcières sont de retour. Victimes soi-disant « diaboliques » de la persécution patriarcale, devenues figures cultes de la pop culture – de Disney à Charmed – elles incarnent à l’heure de la révolution #MeToo la revendication d’une féminité libérée de ses chaînes et bien décidée à ne pas finir au bûcher.

A la fois sacrilège et sacré, l’art de la sorcière semble idéal pour renverser une certaine forme d’aliénation masculine. Le compte Instagram Witches Society déploie un imaginaire très fertile en ce sens, entre bougies rituelles, grimoires ténébreux, faces d’outre-tombe et illustrations transgressives. Une ode très graphique à cette contre-culture faite de superstitions, de matous mystérieux et de pentacles sataniques ; mais aussi une insolite revisite – à la sauce 2.0. – de cet imaginaire : il est autant question de libération du corps que de spiritualité, forcément magique, et les beaux paysages forestiers mis en avant sont plus apaisants qu’angoissants. Un culte des plus envoûtants.

Une newsletter : Spell It Out

révolution sorcières

 

Du côté de RTL Girls, la journaliste Arièle Bonte est l’une des principales plumes francophones à accorder à la sorcellerie féministe la place qu’elle mérite. Supplément bienvenu à certains de ses articles très fouillés sur le sujet, Spell It Out est sa “newsletter 100% witchy”. On s’y abonne pour ne pas louper les vidéos YouTube, conférences, lectures et événements culturels permettant de mieux saisir l’ampleur de ce phénomène encore trop confidentiel. Un outil bienvenu à l’heure où les textes les plus conséquents quant au revival politique des ensorceleuses se lisent dans la langue de Shakespeare. Cela fait déjà six mois que notre boîte mail se voit  épicée par ce mélange de sortilèges et de sororité. Et on espère que cela va durer. Car si la sorcière est atemporelle, son actualité, elle, ne cesse de se renouveler.

Sur YouTube : Vae Bataille

Je suis une sorcière” confesse-t-elle dès sa première vidéo. La jeune québécoise Vae Bataille est l’une des rares voix du YouTube francophone à vanter les vertus de la sorcellerie moderne. Aux côtés des empowerées Lilith Tarot Witch, Harmony Nice et Anaïs Alexandre, l’érudite investit la plateforme afin de révéler, non sans didactisme, ses apprentissages spirituels aux jeteuses de sort encore néophytes. Tarot et rites, cycle des saisons et « tutos d’incantation » composent son univers fascinant, habile mélange entre les codes propres à YouTube et l’inventaire ancestral des sorcières – livre des ombres, sabbat, autels et pleine lune…

Des podcasts : Nouvelles Ecoutes

Sans surprise, c’est vers l’un des podcasts féministes de référence qu’il faut se tourner pour mieux comprendre la symbolique renouvelée de la sorcière : La Poudre (chez Nouvelles Ecoutes). Dans le cadre d’épisodes hors-série, Lauren Bastide échange en compagnie de voix éclairantes, de l’autrice Taous Merackchi (à qui l’on doit le captivant podcast Mortel), instigatrice d’une newsletter witchy aujourd’hui défunte (Witch Please) à la brillante essayiste Mona Chollet.

Dans son ouvrage Sorcières, la puissance invaincue des femmes, cette dernière revient sur les complexes, préjugés et tabous qui pèsent sur la silhouette ensorceleuse, mais aussi sur son histoire, finalement trop méconnue. L’occasion de rappeler ce qu’était véritablement la fameuse « chasse aux sorcières » : ni plus ni moins qu’un crime de masse misogyne. C’est aujourd’hui aux nouvelles générations d’honorer leurs mémoires. Et cela, Programme B (chez Binge Audio) le démontre, avec un épisode immersif consacré aux « sorcières connectées », imaginé à l’occasion de la Semaine des Magies de Marseille.

Sur Twitter : Witch Bloc Paris

Inspiré par les américain.e.s de W.I.T.C.H., le Witch Bloc Paris est un collectif antiraciste, anarchiste et féministe dont les protestations ne sont pas passées inaperçues sur la capitale, notamment leur manif’ en réaction à la Marche pour la Vie. Ces manifestantes démontrent la puissance militante de la sorcière, figure d’action, en lutte contre toute forme d’oppression – notamment viriliste – et suffisamment évocatrice pour défendre les causes les plus contemporaines – tels les enjeux intersectionnels. Suivre le mouvement sur Twitter est le moyen le plus sûr de se tenir au courant de son actualité, forcément révoltée. Les sorcières secouent bel et bien Paname, n’en déplaisent aux angoissés.

Sur Facebook : Sorcière Moderne

révolution sorcières
Capture d’écran Page Facebook – Sorcière Moderne

 

Comme son intitulé l’indique, la page Facebook de Sorcière Moderne  met avant les rudiments de la néo-sorcellerie : un état d’esprit qui s’inculque et se transmet sur les réseaux sociaux, d’initié.e.s à néophytes. On navigue ainsi d’un post à l’autre, entre pratiques et rituels spirituels, recommandations de lectures et de plantes diverses, partage de mantras et de recettes de poudres spécifiques, rappels encyclopédico-ésotériques bienvenus. Sans oublier, bien sûr, les photographies emblématiques célébrant la nature, le ciel et la lune qui y flamboient. Le tout n’est pas dépourvu d’humour, car l’érudition n’exclue pas la dérision.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !