A partir du 6 novembre 2018, les Françaises travaillent gratuitement

Mesdames, préparez-vous. A partir du mardi 6 novembre 2018 à 15h35 et environ 5 secondes, vous ne serez plus payées pour votre travail. Et ce jusqu’au 31 décembre ! Impensable selon vous ? C’est pourtant déjà une réalité… Tout le monde est invité à prendre la parole sur le sujet en utilisant le hasthag #6novembre15h35 sur les réseaux sociaux. 

 

Le 6 novembre 2018, la date choc

Trois femmes regardent un écran d'ordinateur
Du 6 novembre au 31 décembre, les femmes travailleront gratuitement © John Schnobrich / Unsplash

 

Nul n’ignore les inégalités salariales qui existent entre les hommes et les femmes. Mais en guise de piqûre de rappel, les fondatrices de la newsletter féministe Les Glorieuses ont frappé fort. Comme en 2016 et 2017, elles ont calculé le moment de l’année à partir duquel les femmes travailleraient « gratuitement ». Si l’on comparait leurs salaires à ceux de leurs comparses masculins. Et c’est la date du mardi 6 novembre à 15h35 qui en est ressortie. Du 6 novembre au 31 décembre prochains, les Françaises fourniraient donc un travail bénévole, selon ce chiffre. Une façon d’alerter de façon choquante, sur les inégalités qu’il reste à combattre.

 

9% d’écart de salaires inexpliqué

femme en train de travailler
En 2016, le salaire horaire brut des femmes était de 15,2% plus faible que celui des hommes. © rawpixel, source : Unsplash

 

Pour déterminer cette date, elles se sont appuyées sur les chiffres d’Eurostat. Des statistiques qui montrent qu’en 2016, le salaire horaire brut des femmes employées était de 15,2 % plus faible que celui des hommes employés. L’écart de salaire entre les sexes serait même de 23,7% si l’on prend en compte l’intégralité de la carrière, tous postes confondus. Un pourcentage énorme pour lequel on peut avancer quelques explications : en moyenne, les femmes effectueraient moins d’heures de travail dans leur vie que les hommes.
Elles occuperaient en effet 43,5% des postes pour 40,5% des heures travaillées, selon le rapport 2015 de la DARES. De plus, les femmes seraient moins présentes dans les grandes entreprises, où les salaires sont plus élevés. Mais il n’en reste que 9% d’écart de salaire à travail et poste égal restent parfaitement inexpliqués selon l’INSEE.

 

Encore 150 ans pour atteindre l’égalité ?

une femme travaille sur un ordinateur portable à une terrasse de café
Il faudra attendre 150 pour arriver à une égalité. © rawpixel on Unsplash

 

Des progrès ont cependant été réalisés ces dernières années, si l’on en croit les Glorieuses : en 2017, la date déterminée par leurs calculs était celle du 3 novembre à 11h44, soit 3 jours de moins qu’en 2018. Cependant, l’avancée est lente, comme elles le soulignent elles-mêmes sur leur site : « la différence de salaire entre les femmes et les hommes est encore, selon Eurostat, de 15,2%. C’est toujours mieux qu’en 2011, puisque nous étions alors à 15,7%. Mais à ce rythme-là, nous devons attendre 150 ans pour arriver à une égalité, soit 2168 ». Une lenteur contre laquelle elles suggèrent d’agir concrètement, en utilisant par exemple les réseaux sociaux.

 

#6novembre15h35 et les actions concrètes à réaliser

Une femme twitte avec le hasthag #6novembre15h35
Utilisez le hasthtag #6novembre15h35 pour prendre la parole sur les réseaux sociaux

 

Pour sensibiliser l’opinion à cette injustice, les Glorieuses invitent en effet à diffuser en masse le hashtag #6novembre15h35. Un mouvement qui sera très suivi, si l’on en croit le succès en 2016 du hashtag #7Novembre16h34, vu sur 13 millions de timeline sur Twitter.

Sur leur site, les Glorieuses mettent aussi à disposition un outil permettant de calculer combien l’on gagnerait en tant qu’homme. Une pétition en ligne est aussi proposée. Elle a pour but d’appeler le gouvernement à mettre en place un certificat d’égalité obligatoire pour les entreprises de plus de 25 salariés. Ainsi qu’une transparence des salaires et un congé paternité équivalent au congé maternité.