Ces objets vintage qui pourraient redevenir “hype”

Rétromania oblige, certains totems vintage sont aujourd’hui fin prêts à être sortis du placard. Du Kodak de nos meilleures colonies de vacances aux cartes postales en passant par les VHS, focus sur six objets ringards qui ne demandent qu’à redevenir tendance.

 

Le Kodak

diapositives kodak, objets vintage
« Kodak » par kanonn (Licence Creative Commons – Flickr)

 

Aujourd’hui, ils sont de plus en plus nombreux à ressortir l’appareil jetable en pleine soirée. Alors qu’immortaliser un instant est devenu aussi simple que d’envoyer un texto, et qu’une vingtaine de filtres nous permettent de le peaufiner jusqu’à l’excès, le Kodak des colonies de vacances séduit par ses critères techniques vintage. Un nombre limité de photographies, la violence du flash, la patine singulière de l’argentique, la redécouverte du ratage, l’aspect « jouet » qui participe au ludisme de la chose… Mais aussi le suspense qui précède le moment du développement. L’occasion de redécouvrir un certain grain mais aussi un état d’esprit, régressif diraient certains, bonifiant diront d’autres.

 

Les Pogs

« Pogs! » par Niall Kennedy (Licence Creative Commons)

 

Bien qu’apparus au cours des années 30 sous leur forme la plus rudimentaire, les Pogs ont évidemment connu leur apogée au milieu des années 90, âge d’or de la « pogmania » et de ses vedettes aux mille produits dérivés – des Tortues Ninjas à Dragon Ball Z. A l’instar des sachets de billes d’antan et bien avant la folie des cartes Pokémon, ces rondelles de carton étaient le b.a-ba des cours de récré, immédiatement attirants par leurs couleurs et leur attrait pop. Très tôt, ils sont venus éveiller la fibre du collectionneur qui somnolait en nous. Pogs et pins constituent un imaginaire d’enfance dont l’on peine à se détacher et qui, aujourd’hui, pourrait bien resurgir dans notre vie d’adultes (si peu) responsables.

 

Les carte postales

Carte Postale par Sarah Used0354 (Creative Commons – Flickr)

 

Tentez l’expérience : prenez le temps, au creux d’une escale, d’écrire une carte postale à vos amis. Mieux encore : redécouvrez la chance, en 2019, d’en recevoir une dans votre boîte aux lettres. A l’heure où les nouvelles se prennent et se donnent au gré de selfies Instagram, de Messenger fugace et de photos éparses envoyées par SMS, la carte postale fait presque office de denrée rare, de vestige d’un temps peut-être révolu mais pas si lointain, loin des écritures numériques et de leur fragilité. Un effort bien attentionné que l’on accueille avec surprise et que l’on conserve sur un coin de table longtemps, très longtemps. Cette année, on fera l’effort d’en envoyer davantage histoire de redorer la blason de la correspondance manuscrite.

 

Les VHS

VHS par lanonasinfonia. (Creative Commons – Flickr)

 

Des régulières projos-événements (celles de Panic!Cinema au Forum des Images) aux initiatives éditoriales (le mook Rockyrama) en passant par les plus récents remakes et ajouts nostalgiques du catalogue Netflix, notre existence de consommateur culturel se résume aujourd’hui à celle d’un rétromaniaque. Tout en avouant la démesure de notre enthousiasme pour les œuvres des années 80 et 90 les plus cheesy, on assume son culte de fanboy à grands coups de goodies, de posters et de stickers. Et de VHS bien sûr. L’objet-fétiche par excellence, le totem de la cinéphilie d’hier, blindé de défauts (encombrant, parfois irrespectueux des formats d’origine, facilement abîmé) mais si fédérateur au fond.

 

Les Tamagotchi

« Helena’s Tamagotchi » par Stefan Kellner (Creative Commons – Flickr)

 

Comme beaucoup de jeux rétros, le Tamagotchi s’achète aujourd’hui à prix d’or sur les sites de ventes en ligne. On s’étonne encore de la fascination d’autrui pour ce bidule à bips, consistant à nourrir un animal pixelisé entre deux récrés. Difficile de bouder son plaisir pourtant, face à l’ingrate joie d’avoir en pognes cet hobby aussi satisfaisant que frustrant, nous ayant mine de rien inculqué très tôt le sens des responsabilités – tout en nous offrant une façon plutôt ludique de tuer le temps. Aujourd’hui, le Tamagotchi de Bandai est de retour sur le marché, et on le trouve même en version mobile. Plus aucune raison d’abandonner cette petite bête.

 

Le walkman

Walkman (Photo Creative Commons – Flickr)

 

Tout comme ces gens qui allument leurs clopes avec des allumettes (si, ils existent) histoire de singer le Ryan Gosling monolithique de Drive, le walkman pourrait bien devenir le summum de la classe rétro. La raison ? Les sensationnels succès d’œuvres aussi pop que 13 Reasons why ou Les Gardiens de la galaxie. Des divertissements qui remettent sur le devant de la scène ce fidèle compagnon des trajets en car scolaire. En pleine ère Stranger Things, le baladeur a presque le prestige d’un quatre-roues de collection. Une sorte de fétiche immédiatement évocateur, joliment vintage et essentiellement sentimental.