Collapsologie : à quand l’effondrement ?

La civilisation thermo-industrielle telle que nous la connaissons va-t-elle, faute de lever le pied, disparaître ? Un scénario plus que probable pour les collapsologues qui se préparent à son déclin. 

Collapsologie. De prime abord, le mot, inconnu pour la majorité d’entre nous, intrigue. Une fois trouvée, sa définition ne rassure pas. Portée aux fronts baptismaux en 2015 par Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans leur ouvrage « Comment tout peut s’effondrer », la collapsologie étudie la théorie d’un effondrement de notre civilisation. Si ses jours sont comptés, la faute en revient à une cascade de crises environnementales, énergétiques, démographiques ou encore socio-économiques liées à une croissante exponentielle.

Une surconsommation des ressources

Livre Comment Tout Peut S'Effondrer ? Collapsollogie
Livre Comment Tout Peut S’Effondrer © Ed. Anthropocène Seuil

Au premier plan de ce bouleversement systémique annoncé, la consommation énergétique galopante alors que l’épuisement des richesses en hydrocarbures se profile à l’horizon. Selon certains spécialistes, les ressources en pétrole pourraient se tarir durant la décennie 2030. Autant dire demain…  Effondrement ne veut pas dire fin du monde ni catastrophe ponctuelle. Mais processus à l’issue duquel les besoins basiques de la population en eau, alimentation, énergie… ne seront plus couverts. Il n’empêche, c’est tout notre mode de vie qui est remis en question. Les collapsologues l’avouent, ils sont bien incapables de prévoir quand l’effondrement pourrait se concrétiser et quelle forme il revêtirait. Mais devant la conjugaison de ces signes avant-coureurs, ils nous invitent à nous pencher sérieusement sur leur théorie.

 

Transition et décroissance

Collapsologie : Comparaison entre les tendances socio-économiques et les tendances du système terrestre
Comparaison entre les tendances socio-économiques et les tendances du système terrestre

Une question taraudera aussitôt les convaincus : de quelle façon éviter le pire ? Pour les auteurs de « Comment tout peut s’effondrer », les mouvements politiques se plaçant dans un imaginaire d’effondrement ne sont pas nombreux. Mais les plus constructifs et pacifistes sont ceux de la transition et de la décroissance. Vincent Mignerot est chercheur en sciences humaines, écrivain et fondateur de l’association Adrastia. Sa réflexion pour gérer le risque d’effondrement va dans ce sens. Il l’exposait encore en janvier dernier devant un parterre d’étudiants dans le cadre d’une conférence organisée par le NOISE (Nouvel Observatoire de l’Innovation Sociale et Environnementale) d’AgroParisTech. Il estime que les pays industrialisés n’ont d’autre choix que de réduire leur PIB, donc leur performance économique. Pour les individus, cela signifie une baisse de leurs revenus et de leur confort, ce que nous devons anticiper collectivement. On le constate tous les jours, sans attendre le grand collapse, certains citoyens semblent déjà avoir amorcé le virage vers un mode de vie plus frugal et plus responsable…

 

Pour aller plus loin :

– « T’as prévu quoi pour l’effondrement ? NEXT, websérie documentaire », Clément Montfort
– « Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes », Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Editions du Seuil
– « Transition 2017, réformer l’écologie pour nous adapter à la réalité », Vincent Mignerot, TheBookEdition.com
– « A quoi bon penser à l’heure du grand collapse », Paul Jorion, Editions Fayard
– « Vers une société d’abondance frugale », Serge Latouche, Editions Mille et une nuits, Fayard