Comment préparer sereinement une course à pied à Paris ?

Beaucoup de Parisiens se demandent comment se mettre à la course à pied alors que les difficultés peuvent paraître insurmontables pour ceux qui n’ont jamais couru. Environnement urbain pollué, manque d’espaces verts, appréhension des efforts à consentir, perspective de douleurs insupportables, doute sur la motivation… On va donc commencer par un tout premier conseil : un pas après l’autre, pas la peine de se faire une montagne d’une activité physique qui fera surtout du bien à votre corps sédentaire et pas assez en mouvement. Et puis le corps produit très vite une drogue naturelle très stimulante, l’endorphine, qui vous rendra très vite accro à la course. Passée cette première étape, le ciel est la seule limite. Mais pour ceux qui ont des doutes, reprenons les bases, tranquillement.

La course à pied se travaille petit à petit

compétition de course à pied à Paris
Source : Unsplash

 

Pour courir, il faut viser simple et garder quelques bons réflexes à l’esprit :

  • Des baskets adaptées, des chaussettes confortables, un combo short/cuissard, un T-shirt respirant. Une centaine d’euros sont bien suffisants pour débuter, pas la peine de se mettre la pression avec une tenue super High Tech. Préférez un plaisir pas trop onéreux, simple et efficace. Vous aurez tout le temps d’investir quand la passion vous rendra dispendieux et acharnés.
  • Commencez doucement en augmentant le rythme par tranches, de 5 minutes par exemple. Comme dit l’adage, qui va piano va sano. Les premières sorties sont des phases d’acclimatation, le vrai plaisir vient au bout d’un mois ou deux.
  • Avant toute course, échauffements, après chaque course, étirements. Le corps accepte l’effort, encore faut-il l’entraîner correctement à le supporter. Donc prenez soin de lui avec des exercices adaptés pour que les muscles ne disent pas aïe trop vite.
  • L’eau deviendra votre boisson favorite. De l’eau, toujours de l’eau, encore de l’eau. Les tendinites proviennent d’un manque d’eau, les crampes aussi, les maux de tête également. Quitte à faire des pauses pipi pendant la course, usez et abusez de l’eau, ce sera votre carburant essentiel pour ne pas tomber en panne sur le bord de la route.
  • Courir, c’est synonyme d’immédiateté et de simplicité. Vous pouvez juste commencer par sortir de chez vous et faire le tour du pâté de maison. Puis, la distance et le temps de course augmentant, vous pourrez viser des endroits plus éloignés, peut-être plus agréables.

     

Trouvez votre rythme et votre distance de prédilection

personnes de dos en train de faire de la course à pied
Source : Unsplash

 

Courir, c’est très personnel. Une fois que vous commencez à mieux vous connaitre et que le rythme est pris, vous pouvez viser une à deux courses par semaine, avec une session de trajet plus long, et une session de mini-courses plus fractionnées pour faire travailler tous les muscles. Comme ça, vous vous concentrez à la fois sur l’endurance et votre résistance à l’effort, et puis vous travaillez vos muscles. La course reste un plaisir et en plus vous sentez que les 25 minutes de martyr initial s’est transformé comme par magie en petite heure de course sympathique. Et que le plaisir vous pousse à courir toujours plus, seul(e) ou peut-être à plusieurs. Car l’effort rapproche et trouver des camarades aux capacités semblables ne peut que vous pousser à vous transcender.

En terme de performances et de rythmes, quelques conseils issus d’une longue expérience personnelle :

  • Cinq minutes au kilomètres, c’est un bon rythme, un bel objectif. Ce n’est pas incroyable, ce n’est pas scandaleux. Si vous faites moins bien, pas grave. Si vous faites mieux, continuez à progresser.
  • Une à deux courses par semaine pour vous entraîner, c’est bien. C’est sûr, on peut toujours mieux faire, mais au milieu de la vie trépidante parisienne, il faut savoir faire de son mieux dans le temps imparti, parce qu’il n’y a pas que la course dans la vie !

Vous sautez enfin le pas

couple en train de faire de la course à pied
Source : Unsplash

 

Vous vous entraînez depuis de longs mois, vous décidez enfin de vous inscrire à une des nombreuses courses de l’agenda parisien. Comme vous êtes quelqu’un de raisonnable et de mesuré, vous ne surestimez pas vos forces. Si vous courez 10 kilomètres par semaine en tout, ne visez pas le marathon tout de suite. Il y a des distances de 10km, 20km ou 42km, tout est possible. A vous d’opter pour le faisable, voire de vous faire un peu mal en visant un peu en plus car une course au milieu d’une foule nombreuse, ça donne indéniablement des ailes. On se sent voler et le ciel est la seule limite.

Pour toute course, une préparation est nécessaire pour ne pas tomber en panne au milieu du parcours ou risquer la blessure. Si vous courrez suffisamment chaque semaine, vous ne risquez a priori rien alors pas d’inquiétudes. Courir est un plaisir, un moment de détente du corps et de l’esprit. Pas besoin de vous mettre la pression et n’oubliez pas que vos performances ne regardent que vous.

Alors il faut y aller, des baskets, le sourire et de la motivation, votre corps vous dira merci !