Deux moutons ont emménagé près de la gare Saint-Lazare !

Richard et Anthony. Retenez bien les prénoms des deux nouvelles mascottes de Paris ! Ces deux moutons venus d’Essonne ont été transférés dans la capitale mardi 26 février dernier. Ils naviguent depuis entre la gare Saint-Lazare et le quartier des Batignolles. Et ils devraient y rester plusieurs années ! Mais que viennent-il y faire exactement ?

Ce matin, il vous a semblé apercevoir par la fenêtre de votre train deux moutons noirs sur les talus bordant les rails ? Certes, vous avez fait la fête hier soir et avez l’esprit un peu embué… Mais il ne s’agit pas d’une hallucination ! Richard et Anthony (clin d’œil à la chanson « J’entends siffler le train »), des moutons noirs d’Ouessant, ont en effet été installés sur la pente située en contre-bas de la rue Boursault dans le 17e arrondissement.

 

De véritables tondeuses écologiques !

des moutons a saint lazare
Photo by Annie Spratt on Unsplash

 

Depuis mardi après-midi, les deux jeunes mâles s’affairent à brouter l’herbe grasse et les broussailles, ordinairement difficiles à entretenir pour la SNCF. Proposée par la start-up d’éco-pâturage GreenSheep, cette solution, déjà testée au parc de la Villette en 2016 et sur le périphérique l’année suivante, a l’avantage d’être écologique. Plus besoin en effet d’utiliser de désherbants chimiques ni d’engins mécaniques, qui font fuir oiseaux et insectes. Et cerise sur le gâteau, les déjections (inodores et toutes petites) de ces moutons ont l’avantage de rendre les sols plus fertiles.

 

Sous le regard bienveillant d’un berger

des moutons a st lazare
Source : Wikimedia commons, public domain

 

Quant au confort de Richard et Anthony, il serait parfaitement assuré, selon GreenSheep. Les deux moutons ne craindraient ni le bruit des trains ni le grand froid. Grâce à leur laine, ils sont en effet capables de s’adapter à toutes les températures. Et Jojo, un berger professionnel, est chargé de veiller à leur bonne santé au quotidien. Il passera régulièrement leur rendre une petite visite, et assurera leur tonte annuelle entre mai et juillet, sur place pour ne pas les perturber. Si ce nouveau test s’avère concluant, de nombreux moutons devront élire domicile dans d’autres lieux parisiens tout aussi surprenants.