Focus sur 5 entrepreneurs créatifs

Les entrepreneurs créatifs évoqués dans cet article ne sont pas des personnes qui pimpent des tableaux Excel dans des start-up. Ils sont en revanche de véritables artisans et producteurs, passionnés d’art, de musique, de vidéo et de littérature.  Jeunes, esthètes, infatigables, hyper inventifs… Ils façonnent à leur manière le paysage culturel et artistique d’aujourd’hui et de demain. Focus sur cinq d’entre eux.

 

Thibaut Brosson, imprimeur artisanal & fondateur de maisonriso

L'entrepreneur culturel Thibaut Brosson de la Maison Riso assis dans son salon
© Thibaut Brosson – maisonriso

 

Avez-vous entendu parler de la risographie ? Non ? Ce procédé d’impression (développé tel qu’on le connait dans les années 80), à mi-chemin entre la sérigraphie et l’offset, est doucement en train de devenir ultra tendance. Et ce n’est pas Thibaut, imprimeur spécialisé en risographie, qui dira le contraire !

Après des études d’art et de communication, ce jeune entrepreneur s’est lancé dans l’aventure il y a un an en faisant l’acquisition d’un risographe. Il a appris à maîtriser cette technique dans son atelier à Oberkampf.  A la fois artisan créateur et designer graphique, Thibaut repousse les limites de sa machine pour en exploiter toutes les nombreuses possibilités. Perfectionniste et passionné, son travail pointilleux et son amour du détail magnifient les visuels confiés par des illustrateurs, particuliers, graphistes, agences, galeries et événements…

La risographie, avec son rendu tramé, ses textures aléatoires, ses imperfections, ses dégradés et ses couleurs vibrantes (comme le doré métallisé, le rose ou le vert fluo) bouleverse les codes du graphisme. Et apporte en outre un regain d’âme et d’originalité dans la communication visuelle, omniprésente mais aseptisée par l’abus et la fadeur des impressions numériques. Pour découvrir toutes les possibilités de la risographie, on retrouve Thibaut les 31 mars et 1er avril au Point Éphémère pour le salon L’illu a la frite et les 14 et 15 avril au Hasard Ludique pour le Marché de l’illustration impertinente.

Son site 

 

Anaïs Cordevant, maquilleuse et manucure professionnelle

La maquilleuse Anais Cordevant, entrepreneur culturel à Paris
Anais Cordevant © Emmanuel Moulic (www.photographeme.fr)

 

Il vous a plu le dernier clip de l’Impératrice ? A nous aussi. La musique, l’ambiance, les costumes… Tout est splendide, jusqu’aux ongles des comédiens, mannequins et danseuses. Normal : c’est la virtuose Anaïs Cordevant qui s’est occupée de leur manucure ! Cette jeune femme, littéralement portée par sa passion de l’esthétisme et du maquillage, a réussi après des années difficiles à se faire une place de choix dans le milieu très sélect’ du make-up parisien. Et cela, à force de persévérance et d’amour inconditionnel pour ce qui deviendra son métier, maquilleuse et manucure professionnelle.

Après une licence d’arts plastiques et une école spécialisée, des boulots gratuits ou sous-payés, l’élaboration d’un book professionnel et des missions pour France 2, elle se forme de plus en plus à la manucure avec une représentante de chez Essie pour devenir une véritable experte. Cette spécialisation et son formidable travail de réseau se sont révélés très efficaces. En effet, un an et demi plus tard, cette maquilleuse auto-entrepreneuse se retrouve à faire la manucure de Lou Doillon et de Milla Jovovitch.

Anaïs enchaîne désormais les défilés de mode prestigieux comme ceux de Givenchy, Sonia Rykiel et Céline, ainsi que les shootings pour de grands magazines et marques de luxe : Citizen K, Harper Bazar, Lancôme, Yves Saint Laurent… La dernière fois que vous avez vu son travail ? Sans doute dans la dernière série mode d’A Nous Paris

Son site 

 

Quentin Fouquet, compositeur de musique à l’image et compositeur

Si comme nous la bande originale de la publicité pour le smartphone Honor 8 pro vous a hanté pendant des semaines, c’est que la musique de Quentin Fouquet ne vous laisse pas indifférent. C’est d’ailleurs le cas de bien d’autres puisque plusieurs marques et chaînes de télévision ont fait confiance à ce jeune compositeur pour leurs productions musicales.

Tour à tour monteur musique, compositeur, arrangeur et musicien, Quentin a très rapidement mis à profit son BTS Audiovisuel Métiers du Son et son Master spécialisé dans la composition musicale pour l‘image pour travailler sur des projets ambitieux et protéiformes. On le retrouve, entre autres, avec Moksha Productions comme arrangeur musiques additionnelles pour la série Les Pyjamasques (Disney et France 5) et assistant compositeur pour Au service de la France (Netflix et Arte). Mais aussi derrière des courts métrages comme Bébés requins – primé à de nombreux festivals -, et plusieurs projets transmédia où sa rigueur professionnelle et son goût pour les esthétiques oniriques font des merveilles.

Son site

 

Margot de Kerangat, réalisatrice

La réalisatrice Margot de Kerangat, entrepreneur culturel à Paris
Margot de Kerangat © Morgane Alzieu

 

Ce qui marque le plus dans les vidéos réalisées par Margot de Kerangat : cette chorégraphie invisible qui dirige à la fois les mouvements des figurants et la caméra aiguisée de cette jeune réalisatrice. Margot est passionnée de danse comme de vidéo. L’osmose entre les deux disciplines artistiques déborde littéralement de ses productions.

Après avoir décroché un master en réalisations et créations cinématographiques et réalisé son premier court métrage, cette Bretonne d’origine obtient très rapidement la confiance de groupes et de jeunes créateurs qui lui proposent de concevoir leurs clips et vidéos promotionnelles. Peu à peu, Margot se spécialise dans le clip musical et le fashion film. Elle impose au fur et à mesure son style personnel, lumineux, dense et sensible dans des vidéos intenses et gracieuses. Rien n’est laissé au hasard dans ses créations audiovisuelles, qui brillent par sa direction artistique et sa maîtrise de la technique.

On lui doit par exemple un merveilleux clip tourné en Super 8 pour le groupe Petit Duck ou encore une série de portraits, commande commerciale de la part du designer de costumes Romain Mittica.

Solen, Karima et Dawud des éditions métagraphes

Logo des éditions métagraphes
© Métagraphes
Portrait en triple exemplaire pour une seule et même entité, mais à l’hybridité assumée : les éditions métagraphes. Portée par trois femmes queers arabe, noire et blanche, cette maison d’édition est farouchement indépendante et alternative. Elle défend des projets littéraires et artistiques engagés et militants. « Nous souhaitons diffuser des voix plurielles, explorer l’hybridité et la métamorphose des formes et proposer des écritures polysémiques ».
Bien évidemment passionnées de littérature en tout genre, elles défrichent inlassablement les richesses de cette discipline et mettent en avant des auteurs-trices méconnus, féministes, anarchistes, poètes et essayistes. Solen, Karima et Dawud souhaitent engager une profonde réflexion sur la question des droits de ces derniers. Et par la même occasion, une remise en question du fonctionnement économique du monde du livre. On ne manque sous aucun prétexte leur soirée de lancement au Petit Bain, le 23 mars !