Ils ont créé un potager dans leur appartement parisien

Des tomates, du persil, des carottes, de la ciboulette… Non, vous ne vous êtes pas téléporté au marché d’Aligre, mais dans l’appartement de deux Parisiens à la main verte. Vous pensiez qu’il était impossible de cultiver dans votre 30 m2 ? Frédéric et Maria nous prouvent le contraire en nous présentant leur joli potager d’appartement. Et ils sont très inspirants !

Dans son appartement haut-perché de Paris intra-muros, Frédéric dispose d’un balcon particulièrement ensoleillé de 5 mètres de long sur 1 mètre de large. Suffisant à ses yeux pour y aménager un véritable petit potager. L’idée lui est venue après avoir regardé « une vidéo de l’astrophysicien Hubert Reeves qui disait qu’il était super pour l’environnement de faire un petit coin de verdure dés qu’on le pouvait». Sans aucune connaissance sur le sujet, il est alors allé acheter de la terre et des graines. Après avoir bien lu toutes les « notices sur les sachets de graines » et « regardé quelques vidéos sur YouTube », il a commencé à planter. Et les premiers résultats l’ont enchanté !

Des tomates cerises à foison sur le balcon

<small>Capture écran vidéo YouTube de Frédéric Vernay<small>
Capture écran vidéo YouTube de Frédéric Vernay

 

« J’ai été totalement émerveillé de voir des pouces sortir de terre. C’est vraiment super. On a perdu tout contact avec la terre et redécouvrir cette chose simple que de faire pousser un légume est extrêmement satisfaisant », affirme aujourd’hui cet adepte du qi gong et des voyages dans le cercle polaire.

Sa plus grande réussite ? Ses tomates cerises, qui poussent très bien selon ses dires. Le jardinier en herbe avoue rencontrer un peu moins de succès avec ses oignons blancs et ses radis. Mais il ne compte pas pour autant arrêter ses expérimentations : « Cette année, je vais rajouter un citronnier et un fraisier ». S’il réalise qu’il devient difficile de circuler sur son petit balcon à cause des jardinières et des pots, Frédéric trouve dans ses cultures « une vraie source de plaisir ».

 

Des semis sur les rebords des fenêtres

<small>Rebords des fenêtres ©Maria Del Mar<small>
Rebords des fenêtres © Maria Del Mar

 

Maria del Mar, jeune Parisienne originaire de la République Dominicaine a elle aussi mis à profit ses balcons pour cultiver. Et elle nous prouve une fois de plus qu’il est possible de se lancer, même avec une surface très restreinte. « Mes balcons sont vraiment petits, 1 mètre de large et 40 cm de profondeur. J’ai fait construire des bacs sur-mesure avec une profondeur de 80 cm pour pouvoir accueillir sans problème plusieurs pieds de tomates ». La jeune femme limitée par l’espace n’hésite pas non plus à utiliser l’intérieur de son appartement. Elle fait pousser quelques aromates bien proches des fenêtres, et des courges sur le rebord de celle de sa salle de bain exposée plein sud.

Mais sa plus grande fierté, à elle aussi, reste ses pieds de tomates. « Les deux dernières années, ils nous ont donné à manger pendant plusieurs mois. Je me souviens qu’on partait en voyage et qu’on avait encore beaucoup de tomates. J’ai préparé un grand sac pour en offrir à mes voisins ».

 

Une astucieuse serre à d’intérieur

<small>Serre d'intérieur ©Maria Del Mar<small>
Serre d’intérieur © Maria Del Mar

 

En plus des tomates et des courges, la jeune femme et son compagnon parviennent aujourd’hui à récolter des fraises, des salades – et notamment de la roquette – ainsi que des carottes. Mais ils ont dû ruser contre le manque de luminosité des balcons exposés est et nord-est, notamment pour les semis de printemps. « Mon mari m’a construit une super serre d’appartement avec un système de led de croissance. Cela me permet de gagner un peu de temps et d’avoir des semis plus fortes et résistantes à repiquer au plus tôt possible une fois les températures froides passées », explique Maria, qui dit apprendre au fur et à mesure des années et de ses erreurs.

Pour se faire la main, la jeune femme a d’ailleurs loué en 2017 un potager de 50m2 à Versailles, où elle allait travailler tous les week-ends. Une belle expérience à laquelle elle a cependant décidé de mettre fin un an plus tard, pour se consacrer entièrement à ses petits balcons, son véritable plaisir…

Très soucieuse des questions environnementales, Maria Del Mar est aussi la fondatrice de The Naked shop, première boutique spécialisée en vrac liquide à Paris, qui propose produits pour l’entretien de la maison et le soin du corps.