La Pagode de la Bastille

En 1890, Paris n’a toujours pas de Métro, alors que celui de Londres date de 1863.
A l ‘approche de l’Exposition Universelle de 1900, c’est décidé, Paris sera doté de son réseau de transport souterrain !

Afin de faire oublier le retard de Paris, il est décidé de se démarquer des métros existants à travers le monde, en magnifiant les ouvertures des stations. Un concours est lancé en 1899, afin de trouver une décoration adaptée pour les entrées de ce métro. Ce sont celles d’Hector Guimard qui sont choisies. La ligne 1 du métro est ouverte le 19 juillet 1900. Elle ne comprend que 8 stations. Les 1ers édicules Guimard sont mis en place. Mais pour les Pavillons de la Place de la Bastille et ceux de la Place de l’Etoile, il faudra attendre 1902. Celui de la Bastille est le plus imposant, il mesure 17,26m de long sur 6,50 m de large. La structure métallique à l’extérieur est entièrement peinte en vert pour donner l’impression qu’il s’agit de bronze. Une marquise surplombe l’entrée. Sujet aux intempéries, aux dégradations, et mal entretenu, il se détériore rapidement après la guerre. D’autant qu’à cette époque, comme partout ailleurs, la Ratp est plus soucieuse de la modernisation de son réseau, que de la préservation de son patrimoine. « Passée de mode », la « Pagode », ainsi qu’on la surnommait à cause de sa forme rappelant les édifices orientaux, apparait une dernière fois au cinéma, en 1960, dans le film « Zazie dans le métro ». Elle a été détruite en 1962…

Retrouvez d’autres histoires du Vieux Paris sur la page Facebook de John d’Orbigny.

© René-Jacques 1956