L’accident du 22 octobre 1895, à la gare Montparnasse

Le 22 octobre 1895, une stupéfiante mésaventure affecta l’arrivée à Montparnasse, des voyageurs du train Granville-Paris.

Ce jour-là, l’Express n° 56, qui transportait 131 passagers, quitta Granville à 8h45 très précisément.

Mais en gare de Briouze, il fit un arrêt imprévu, pour qu’on lui attela le wagon-spécial qui ramenait à Paris M. Christophle, député de l’Orne, et accessoirement gouverneur du Crédit foncier.

6 longues minutes furent perdues dans la manœuvre…

Pour les rattraper, il fut intimé l’ordre au conducteur d’accélérer l’allure.

Mais, passé Versailles, alors que le train approchait de son terminus, il comptait toujours 7 minutes de retard.

A l’approche de Paris, sa vitesse était encore de plus de 65km/h, et il ne ralentissait toujours pas…

Des quais de la gare, on distingua dans le lointain, l’Express qui débouchait à une vitesse inhabituelle.

La machine s’emballa. On tenta d’actionner le frein d’urgence, mais celui-ci ne répondit pas.

C’est encore à 40km/h que le train déchainé fonçait vers la gare. L’effroi s’empara des témoins.

Le convoi déboula le long des quais, défonça les butoirs, et parcouru à toute vapeur la salle des arrivées, puis traversa le mur supportant le vitrage d’une des deux baies ouvertes sur la place de Rennes, avant de surgir dans un vacarme infernal, aux yeux des passants.

Seuls la locomotive et le tender basculèrent devant l’arrêt des tramways 10 mètres en contrebas. Les wagons, par miracle, restèrent en équilibre au bord du trou béant.

Parmi les passagers, on ne dénombra aucun blessé sérieux.

Malheureusement, la locomotive tomba près d’un kiosque à journaux. La responsable de ce kiosque qui, ce jour-là, remplaçait son mari et tricotait assise sur les marches de la buvette, fut tuée, non par la locomotive, qui passa au-dessus d’elle sans la toucher, mais par un morceau de maçonnerie tombé de la gare….

Retrouvez d’autres histoires du Vieux Paris sur la page Facebook de John d’Orbigny.