Les exploits de l’acrobate Rogéo

Roger-Pierre Schlechtel, dit Rogéo, rencontra la célébrité en 1926 et 1927. A trois reprises, il fit la «Une» des journaux.

La première fois, en mars 1926, il sauta dans la Seine depuis la portière d’un train qui passait sur le pont d’Asnières. Comme il ne savait pas nager, il s’élança le buste cerclé d’une chambre à air d’auto gonflée à bloc, serrant en guise de parachute … un parapluie. L’acrobate fut recueilli, dès son plongeon, par des acolytes qui l’attendaient en barque sous le pont. La seconde fois, c’était en juillet de la même année. Rogéo avait parié 40 000 francs avec un riche américain, qu’il descendrait les escaliers de la rue d’Alsace, le long de la gare de l’Est, au volant d’une auto. Arrivé dans une vieille Ford, il serra les mains des journalistes qui l’attendaient. Pas d’agent en vue. Rogéo mit en marche et s’engagea dans l’escalier. Un coup de volant intempestif fit déraper la voiture, un pneu éclata, une roue se tordit, et la voiture butta contre la rampe. L’acrobate finit sa course au commissariat. D’autant que la Ford T ne lui appartenait pas. Elle ne lui avait été confiée que pour qu’il en fasse … la réparation ! Il y gagna 1 mois de prison et 5000 francs d’amende. A sa sortie, Rogéo était désargenté. Il décida de se refaire en dérobant des voitures de luxe. C’est donc en qualité de chef d’une bande de voleurs d’autos, qu’il fut arrêté en 1927, après son 35ème vol. Il écopa de 4 ans de prison. Ce fut son troisième et, semble-t-il, dernier exploit.

Retrouvez d’autres histoires du Vieux Paris sur la page Facebook de John d’Orbigny.

L’Acrobate Roger dit Rogeo descend en auto les marches de la rue d’Alsace – Agence Meurisse 1926