L’histoire du quartier du Gros-Caillou en 3 lieux emblématiques

A l’époque de la création des nouveaux quartiers administratifs en 1859, cette partie de la capitale ne possède pas encore de monument emblématique, sinon une manufacture de tabac et une église, toutes deux nommées Gros-Caillou. L’origine de ce nom étonnant proviendrait d’une borne en pierre médiévale qui délimitait les terres données par le Roi de France aux paroisses Sainte-Geneviève et Saint-Germain-des-Prés. De ce quartier, on ne connaît aujourd’hui que la star incontournable, la Tour Eiffel, construite en 1889. Le secteur a pourtant quelques trésors architecturaux et historiques à son actif.

Le Champ de Mars

Gros-Caillou
© La Tête en l’Air

 

Le Champ de Mars est un vaste jardin public qui fait face à la tour Eiffel, dont le nom fait rappelle la célèbre plaine romaine. Lieu probable de la bataille de Grenelle, qui a vu les Romains triompher des tribus gauloises en -52 av. JC, l’emplacement est stratégique depuis la construction de l’École Militaire en 1750. A partir de 1867, il est le centre des Expositions Universelles parisiennes de 1867, 1878, 1889 (édification de la tour Eiffel), 1900 (construction du Petit et Grand Palais et du pont Alexandre 3) et 1937 (actuel Palais de Chaillot). C’est aujourd’hui une des zones préférées des parisiens pour les pique-niques, les événements populaires, tels le 14 juillet ou les rendez-vous sportifs.

Champ-de-Mars, 7e
Métros École Militaire et Bir-Hakeim

L’immeuble Lavirotte

Gros-Caillou
© La Tête en l’Air

 

Quoi de mieux, quand on est céramiste, de construire son propre immeuble et d’utiliser toutes les facettes de ces matériaux pour en faire une véritable vitrine d’exposition ? C’est l’idée lumineuse d’Alexandre Bigot, qui s’associe à l’architecte Jules Lavirotte pour créer un des édifices parisiens les plus emblématiques du courant Art Nouveau. La diversité des teintes et la richesse de l’ornementation et des motifs étaient, en 1901, encore très peu utilisées. La ville de Paris ne s’y trompe pas en primant la façade au concours du même nom cette année-là. Mais alors, pourquoi l’immeuble fait-il couler beaucoup d’encre ? A bien l’observer, la porte a quand même une forme sacrément phallique, non ?

29 avenue Rapp, 7e
Métro École Militaire

Le beffroi de l’avenue Rapp

Gros-Caillou
© La Tête en l’Air

 

On passerait presque à côté de cette tourelle au sommet d’un immeuble. Elle était, au 19e siècle, l’enseigne des Grands Magasins du Louvre, qui avait ici leur siège administratif ainsi que des entrepôts dans les rues attenantes. Quand le siège déménage dans les années 1890, l’immeuble est transformé en habitations et le beffroi trouve un nouvel usage : un château d’eau permettant aux appartements bourgeois d’avoir une pression d’eau constante, véritable luxe pour l’époque.  Quelques décennies plus tard, le beffroi perd de son utilité et est abandonné jusque dans les années 80. Un architecte transforme alors la tour en quadruplex avec vue à 360° sur tout Paris !

20 avenue Rapp, 7e
Métro École Militaire


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !