A.Savoir

L’histoire du quartier du Panthéon en 3 lieux emblématiques

D’après la légende, Geneviève convainc les Parisiens, assiégés par les Huns en 451, de ne pas abandonner leur ville à l’ennemi. Quinze ans plus tard, elle force plusieurs fois le blocus, lors du siège des Francs, pour ravitailler les habitants en blé. À sa mort, elle est inhumée au somment de la montagne qui portera désormais son nom, dans ce qui va devenir une des plus puissantes abbayes parisiennes. La Sainte Patronne de Paris règne en maîtresse autour de la place du Panthéon !

 

L’Eglise Saint-Etienne-du-Mont

L'Eglise Saint-Etienne-du-Mont dans le quartier du Panthéon
© La Tête en l’Air

 

150 ans sont nécessaires pour la construction de l’église, expliquant l’évolution de style architectural du Gothique à la Renaissance. En plus d’y accueillir la châsse de Sainte-Geneviève, le lieu renferme le dernier jubé parisien. Tribune de pierre séparant le chœur de la nef, le jubé isole les prêtres du reste de l’église. Mais, au 16e siècle, le chœur devient visible des fidèles. Les jubés sont voués à être détruits et remplacés par la traditionnelle chaire. Si la plupart ont aujourd’hui disparu, il subsiste encore dans les églises françaises des spécimens intéressants. C’est le cas du jubé de Saint-Etienne-du-Mont qui conjugue une structure gothique avec une ornementation Renaissance.

Place du Panthéon, 5e
Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge

 

Le Panthéon

le panthéon
© La Tête en l’Air

 

En 1744, Louis XV tombe gravement malade et fait le vœu, s’il survit, d’ériger une église dédiée à Sainte-Geneviève. Une fois rétabli, il décide d’édifier le monument en lieu et place de l’ancienne abbaye en ruine. L’architecte Soufflot s’inspire du Panthéon romain pour la façade et d’une architecture néoclassique pour le reste du bâtiment. En 1791, on décide de transformer l’église en Panthéon des Grands Hommes, sur le même modèle que l’abbaye de Westminster. L’église comporte alors 42 fenêtres éclairant le chœur. Cette clarté étant jugée incompatible avec la solennité d’un mausolée, 38 fenêtres sont obturées. Aujourd’hui, 81 personnes y sont inhumées et plus de 760 noms y sont inscrits.

Place du Panthéon, 5e
Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge

 

La bibliothèque Sainte-Geneviève

La bibliothèque Sainte-Geneviève dans le quartier du panthéon
© La Tête en l’Air

 

Elle trouve son origine dans la construction de l’abbaye Sainte-Geneviève, édifiée progressivement dès le 6e siècle, et dont il ne subsiste que le clocher de l’actuel lycée Henri IV. Fort de l’enrichissement croissant de l’abbaye, la bibliothèque devient l’une des plus importantes d’Europe. Trop à l’étroit au dernier étage du site devenu lycée, un nouveau bâtiment est construit à proximité et inauguré en 1851. L’architecte Labrouste concilie esthétique et fonctionnalité en laissant apparaître la structure de fer de l’édifice. Résolument moderne, le bâtiment laisse entrer une lumière zénithale propice à l’étude. La décoration est volontairement discrète pour mettre en valeur les livres.

10 place du Panthéon, 5e
Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge