Où louer des deux-roues en libre-service à Paris ?

Foule de piétons, embouteillages, pollution, circuler dans Paris n’est pas toujours facile. Et quand le métro fait défaut, il faut bien trouver une solution ! Les deux-roues apparaissent alors comme une alternative idéale à la voiture et aux transports en commun. Une idée sympathique et très facile à adopter grâce à la mise à disposition de vélos et de scooters en libre-service dans l’ensemble de la capitale.

 

Le vélo pionnier : le Vélib’

 

© DR
© DR

 

Quoi :

Boudé ces derniers temps, le Vélib’ est pourtant le tout premier vélo a avoir été mis en libre-service à Paris. Depuis 2007, il permet à de nombreuses personnes de découvrir les merveilles de la ville lumière tout en pédalant. Une réussite à ses débuts qui commence malgré tout à s’essouffler. Les utilisateurs reprochent notamment le poids excessif du véhicule et son manque de praticité. Heureusement, en 2018, le Vélib’ fait peau neuve ! Au programme, de nouvelles bicyclettes, des bornes plus adaptées et un nouveau système d’accrochage pour pouvoir garer son véhicule lorsqu’aucune place n’est disponible. Le concept reste, lui, le même : on retire son vélo à une borne spéciale et on le replace à une borne similaire à la fin du trajet.

La disponibilité :

1 200 stations sont actuellement déployées dans la capitale. Il y en aura 200 supplémentaires d’ici mars 2017.

Le plus :

Vélib’ propose des vélos mécaniques et électriques. Une façon de motiver les plus paresseux et de faire plaisir aux sportifs.

Le prix :

Il faut compter 1€ pour 30 minutes de location d’un vélo mécanique et 2€ pour celle d’un vélo électrique. Plusieurs types de forfaits mensuels existent également, allant de 3,10€ à 8,30€.

 

La touche innovante : GoBee Bike

 

© Gobee.bike
© Gobee.bike

 

Quoi :

Originaire de Hong Kong, l’entreprise GoBee Bike a lancé ses bicyclettes vert pomme dans la ville de Paris en octobre 2017. Une arrivée fracassante grâce un nouveau concept : le free-floating. Plus besoin de chercher une borne pour trouver un vélo, désormais il suffit de le localiser sur l’application smartphone. Une fois trouvé, on le déverrouille avec un QR code reçu par sms. On peut alors se balader un peu, avant de le reposer dans un emplacement public dédié aux deux roues, sans oublier de verrouiller le cadenas.

La disponibilité :

Gobee Bike a, pour le moment, introduit 2 000 vélos dans la capitale française.

Le plus :

30 minutes de trajet sont offertes si vous stationnez un vélo identifié par un paquet cadeau violet dans une zone d’affluence définie par l’application.

Le prix :

Gobee Bike fonctionne sans abonnement. Il faut alors compter 0,50€ pour 30 minutes de trajet. Une caution de 50€ doit néanmoins être avancée pour pallier les éventuels dommages.

 

Le vélo responsable : oBike

 

© oBike
© oBike

 

Quoi :

Entreprise singapourienne, oBike est arrivée à Paris en novembre 2017. Avec ses bicyclettes orange et grises, elle s’inscrit elle aussi dans le concept du free floating. Les véhicules sont ainsi mis en libre-service au quatre coins de la ville, sans bornes de retrait ni de dépôt. La réservation s’effectue sur le téléphone, de la même façon que le déverrouillage des vélos qui se fait grâce à un QR code reçu par SMS.

La disponibilité :

oBike compte actuellement 500 vélos.

Le plus :

Un système de crédit a été mis en place pour lutter contre le vandalisme et le mauvais comportement des utilisateurs. Certaines actions, comme garer son vélo dans un espace privé ou oublier de le verrouiller sont sanctionnées par une augmentation des tarifs. Et à l’inverse, les conducteurs respectueux sont récompensés par des réductions sur le coût de leur trajet.

Le prix :

Il faut prévoir 0,50€ pour 30 minutes, ainsi qu’une caution de 50€. En revanche, pour certains, les tarifs peuvent rapidement monter en flèche. Crédité de 100 points au début de la course, les utilisateurs peuvent perdent des points en n’appliquant pas le code de la route ou en se montrant négligeant avec le matériel. Entre 79 et 60 points, le prix passe à 5€ les 30 minutes. Au dessous de 59, il grimpe jusqu’à 10€.

 

Le petit dernier : Ofo

 

© Ofo
© Ofo

 

Quoi :

Leader de la location de vélos en free floating, le géant chinois Ofo est le dernier à être arrivé à Paris. Depuis novembre 2017, des centaines de bicyclettes jaunes ont été installées dans la capitale, suivant toujours le même principe de fonctionnement. On localise le vélo le plus proche grâce à l’application smartphone, puis on le débloque grâce à un QR code reçu par SMS. Pour le reposer, il suffit de verrouiller manuellement le cadenas.

La disponibilité :

Environ 1 000 vélos ont été déployés dans la ville.

Le plus :

Ofo est le seul a fournir des vélos à plusieurs vitesses (trois).

Le prix :

Contrairement à ses deux autres concurrents, Ofo ne demande pas de caution. Le prix de la course est alors un petit peu plus élevé, puisqu’il faut compter 0,50€ pour 20 minutes de trajet.

 

Le premier scooter écolo : Cityscoot

 

© Cityscoot
© Cityscoot

 

Quoi :

Cityscoot est la première société à avoir proposé des scooters électriques en libre-service à Paris à partir de 2016. Le mode de fonctionnement ne diffère pas de celui des vélos en free floating. Il faut télécharger l’application pour pouvoir localiser un véhicule, puis recevoir le QR code par SMS. Une fois déverrouillé, on peut effectuer le trajet souhaité. La course terminée, on gare le scooter sur un emplacement public réservé aux deux roues motorisés, puis on verrouille le cadenas. Un casque homologué se trouve sous la selle et le port de gants est conseillé. Quant à la recharge du véhicule, pas besoin de s’en soucier. Une équipe de maintenance s’en occupe jour et nuit.

La disponibilité :

1 500 scooters sont mis à disposition dans toute la ville.

Le plus :

Cityscoot couvre Paris intra-muros, mais s’étend également à Neuilly-sur-Seine, Levallois Perret, Boulogne Billancourt et Issy-les-Moulineaux.

Le prix :

Il faut compter 0,28€ par minute. On peut également acheter à l’avance un pack de 100 minutes pour 25€, ou bien de 500 minutes pour 100€.

 

La jeune pousse en devenir : COUP

 

© COUP
© COUP

 

Quoi :

Similaire en de nombreux points à Cityscoot, l’entreprise allemande COUP a décidé de tenter sa chance à Paris en 2017. Le système de location reste inchangé. Pas de bornes de dépôt ni de retrait, simplement une application mobile pour effectuer la réservation et déverrouiller le scooter électrique. En revanche, du à son nombre réduit de véhicules, COUP n’est pas encore déployée dans tous les quartiers parisiens. La praticité n’est donc pas toujours vérifiée selon l’endroit où vous vous trouvez.

La disponibilité :

Paris ne compte actuellement que 600 scooters COUP.

Le plus :

La durée de la réservation est de 15 minutes, soit 5 minutes de plus que celle de Cityscoot.

Le prix :

Un trajet coûte 4€ jusqu’à 30 minutes. Il faut ensuite compter 1€ supplémentaire par tranche de 10 minutes. Des forfaits plus économiques existent également à 25€ la journée ou 15€ la nuit.