Paris sous la menaces des crues : que risquez-vous dans votre arrondissement ?

Et si on se méfiait de l’eau qui dort ? Après avoir débordé à deux reprises en 2016 et 2018, la Seine risque dans le futur de connaître d’autres crues beaucoup plus importantes. Mais si tout le monde ou presque pourrait en subir les conséquences, certains sont plus menacés que d’autres. Savez-vous ce que vous risquez dans votre quartier ?

La crue centennale est peut-être pour bientôt !

Zouave du pont de l'Alma,CC BY-SA 4.0 Ibex73

Les deux dernières crues de la Seine, en 2016 et 2018, ont laissé des traces dans la mémoire des Parisiens. Mais elles ne sont rien à côté des débordements craints pour les prochaines années. En effet, le risque de vivre une crue centennale (crue très importante qui a une chance sur 100 de se produire chaque année), comme celle de 1910, est très grand. A l’époque, la Seine avait atteint 8,62 m à l’échelle d’Austerlitz. Certes, les crues d’île-de-France ont la particularité d’être lentes et prévisibles, ce qui limite voire exclut les risques de pertes humaines, mais elles peuvent être longues. En 1910, l’eau est restée deux mois sur le territoire. De quoi grandement perturber la vie quotidienne, d’autant plus que 850 000 Franciliens habitent directement en zone inondable.

Même ceux qui habitent en étage sont concernés

<small>Paris Photo by Alexander Kagan on Unsplash<small>
Paris Photo by Alexander Kagan on Unsplash

Vous pensez que parce que vous n’habitez pas au rez-de-chaussée, vous n’êtes pas réellement concernés ? C’est faux ! Même s’il est vrai que vous risquez moins que d’autres de vous retrouver les pieds dans l’eau, votre vie quotidienne sera largement perturbée en cas de crue importante. Les réseaux électriques et d’eaux potables subiront potentiellement des dommages. Tout comme les hôpitaux, les écoles et les supermarchés. Et que dire des transports ! Outre la difficulté de se déplacer en voiture, les métros et RER ont aussi de grandes chances d’être à l’arrêt.

Le RER C fermé, la ligne 2 seule rescapée

« Toutes les stations longeant la Seine étant très inondables, c’est le RER C qui serait arrêté en premier », nous explique Marion Cauvin, chargée de projet du service de sensibilisation EPISEINE. En 2018, alors que la crue était modérée, la station RER Saint-Michel a d’ailleurs dû être fermée durant trois mois. En cause ? Des infiltrations d’eau qui ont libéré de l’amiante contenue dans la voûte. En grande partie aérienne, la seule ligne qui pourra continuer à fonctionner même en cas de crue centennale est la 2. Mais le risque de cohue serait tellement grand qu’elle serait probablement elle aussi fermée à la circulation.

L’arrondissement parisien le plus inondable est le 15ème

<small>Crue Seine ponts Bir Hakeim, CC BY-SA 4.0, Chabe01<small>
Crue Seine ponts Bir Hakeim, CC BY-SA 4.0, Chabe01

«  A Paris, l’arrondissement le plus inondable est le 15ème, loin devant le 12ème et le 7ème » affirme Marion Cauvin. En cas de crue centennale, il pourrait y avoir dans certaines de ses rues 2m50 voire 3 mètres d’eau, ce qui pourrait atteindre les premiers étages. En Val-de-Marne, des villes situées à la confluence de la Seine et de la Marne comme Villeneuve Saint-George, Ablon sur Seine ou Alfortville, sont très menacées. En cas de crue centennale, cette dernière pourrait même voir son territoire à 99% inondé. Dans les autres départements, les villes de Villeneuve-la-Garenne, Gennevilliers ou de Juvisy-sur-Orge sont également très inondables.

Votre musée préféré est-il en danger ?

À Paris, la plupart des gros musées comme le Louvre et le Musée d’Orsay se situent en bord de Seine. Un élément inquiétant d’autant plus que leurs réserves sont souvent installées en sous-sol. En cas d’alerte crue, les responsables n’auront que 72 heures pour évacuer les œuvres qui peuvent l’être. Le musée du Louvre, lui, a décidé d’assurer ses arrières en acheminant ses collections à risque vers Liévin près du Louvre-Lens. « Il faut imaginer qu’en cinq ans, près de 250 000 œuvres vont y être transférées. À l’échelle de l’histoire du Louvre, et peut-être même des musées, c’est un mouvement d’une ampleur inédite », explique à ce sujet Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre. Coût de l’opération ? 60 millions d’euros toutes dépenses confondues !

Plus d’infos sur le site d’EPISEINE
Découvrez également leur carte interactive pour savoir ce que risque votre quartier.