A quoi va ressembler la future Tour Montparnasse ?

Pauvre Tour Montparnasse. C’est certainement le bâtiment le plus moqué de Paris. Non sans raisons… Plus pour longtemps cela dit, au vu du lifting complet que lui offrira d’ici l’année 2024 l’agence d’architecture AOM. Celle-ci a été spécialement fondée pour l’occasion, et réunit cinq architectes français au regard neuf. Quant au projet, pour le moment uniquement constitué d’images et de rêves, il est totalement séduisant. La preuve par 3. 

 

Nouvelle agence pour un nouveau quartier

maquette de la future tour montparnasse
© Nouvelle AOM

 

Les habitants des XIVe et XVe arrondissements le savent fort bien : il existe peu d’endroits à Paris aussi peu hospitaliers, gris et ternes que les environs de la gare Montparnasse. C’est pourquoi les cinq architectes de la Nouvelle AOM (Franklin Azzi, Frédéric Chartier, Pascale Dalix, Mathurin Hardel et Cyrille Le Bihan) ont uni leurs forces pour créer une agence entièrement dédiée au projet Maine-Montparnasse, qui repense entièrement les 2,5 hectares comprenant la tour Montparnasse, le centre commercial, la tour CIT et un immeuble de bureaux.

Pendant 10 mois, ils ont travaillé au 44e étage de la tour et se sont imprégnés de l’air du temps, pour formuler une proposition adéquate – ils sont tous par ailleurs relativement jeunes, car nés dans les années 70. Résultat ? Les copropriétaires de la tour, membres du jury de sélection, s’emballent déjà : « Nouvelle AOM a su proposer un projet pour une tour résolument tournée vers le XXIe siècle, qui proposera désormais une identité plurielle, regroupant des usages attractifs et innovants. Une tour Montparnasse qui saura insuffler une nouvelle vie au quartier« . L’image ci-dessus montre bien comment les architectes ont ménagé une circulation fluide entre les abords de la gare et l’entrée de la tour.

 

Les usages multiples d’une tour contemporaine

chambre d'hôtel de la future tour montparnasse
© Nouvelle AOM. Vue d’une chambre d’hôtel

 

« Notre projet est un tout, fabriqué à partir des idées les mieux défendues par nos trois agences. C’est une hybridation, jamais une superposition » soulignent les architectes. La tour, qui abrite aujourd’hui plus de 50 étages de bureaux, ainsi qu’un restaurant (où Frédéric Beigbeder écrivit Windows on the world, profitant de la vue avec gourmandise puisqu’il n’y apercevait pas la tour Montparnasse !) et un rooftop (loin d’être le plus beau de Paris), sera bientôt multiple : un jardin suspendu, des cafés, un hôtel, un restaurant, des bureaux rajeunis, un incubateur de start-ups… L’idée est de faire vivre la tour de jour comme de nuit, et d’en faire un atout majeur pour le quartier Montparnasse.

Ce dernier a perdu bien longtemps son statut de centre du monde. Les premières décennies du XXe siècle ont pourtant vu défiler dans ce quartier mythique la cinéaste Agnès Varda, les artistes Modigliani, Giacometti, Soutine, Foujita, et les écrivains Sartre, Beauvoir, Camus… Ainsi que des tas d’Américains venus sentir de près l’odeur de l’intelligentsia parisienne. Montparnasse pourrait, grâce à l’attractivité de la nouvelle tour et d’ici 2024 (année des Jeux Olympiques, évidemment !), redevenir un centre important de la vie parisienne, en attirant les branchés et les ambitieux.

 

L’air, la lumière, la vie

vue 3D de la future tour montparnasse
© Nouvelle AOM

 

Les différentes façades de la tour vont, dès les premières phases de travaux de 2019, être entièrement repensées. L’idée maîtresse : apporter de la lumière et de la végétation à l’ensemble, grâce à de nombreux balcons et un jardin suspendu. Le tout dans les premiers étages. Le bâtiment semblera ainsi sortir, comme une fleur, d’une terre fertile.

Inaugurée en 1973, la tour initiale était grise, minérale, sombre. Et faisait de l’ombre sur tout le quartier ! Demain, elle attirera la lumière, la réfléchira, jouera avec la transparence d’immenses baies vitrées et avec la légèreté de différents espaces extérieurs. Les employés comme les visiteurs pourront profiter d’un lieu contemporain et de sa situation privilégiée, aérienne, au-dessus des toits haussmanniens. En somme, un nouveau point de vue sur la ville, au milieu des arbustes et les pieds dans l’herbe. Une belle promesse d’avenir…