Que font les Parisiens pour les fêtes ?

Vus de l’étranger, on pourrait penser que tous les Parisiens passent leur réveillon dans les cabarets de Pigalle, sur un bateau avec une coupe de champagne à la main. Ou encore dans un grand restaurant des Champs-Elysées. Mais la réalité est toute autre ! Nous sommes allés interroger les habitants de la capitale sur leurs projets pour les fêtes 2018. Sans pour autant réussir à nous faire inviter…

 

Noël et les fêtes en province pour beaucoup de Parisiens

table de fêtes
© Sweet Ice Cream Photography on Unsplash

 

Un rapide sondage auprès de notre entourage suffit à le constater : comme pour la plupart des Français, le réveillon de Noël des Parisiens se passera en famille. Ces derniers étant nombreux à être nés en province, beaucoup d’entre eux quittent la capitale à l’approche du 24 décembre pour rejoindre les leurs.

Tous les ans, Aurore retrouve par exemple ses trois sœurs et ses parents dans sa ville natale, une petite bourgade près de Lyon : « le temps de faire la route, je débarque souvent au moment de mettre les pieds sous la table. J’arrive les bras chargés de cadeaux pour tout le monde, comme le père Noël avec sa hotte. Le sapin scintille, la table est décorée et une bonne odeur de dinde farcie sort du four », raconte celle qui ne se lasse pas de ce rituel rassurant.

 

Des illuminations qui plongent dans l’effervescence

illuminations pour les fêtes de fin d'année
© Marina Khrapova on Unsplash

 

Pour les Franciliens qui restent fêter Noël dans leur région, le programme de la soirée est sensiblement le même. Du moins pour ceux qui ont la chance d’être en famille. Pour les autres, des plateformes telles que meetup ou onvasortir regorgent d’opportunités. Comme la proposition d’un certain Guillaume, qui invite d’autres âmes esseulées à le rejoindre pour un dîner « au restaurant Le Bichat à partir de 19h50 ».

Quel que soit le programme, l’excitation semble bel et bien présente à l’approche des fêtes. Et l’effervescence des grands magasins et des rues illuminées n’y est pas pour rien. Avant de rentrer chez sa famille, Aurore va chaque année « voir à quoi ressemblent le sapin et les vitrines des Galeries Lafayette. Ainsi que les illuminations de la rue de la Paix, de la place Vendôme et bien sûr des Champs-Elysées ». Face aux 400 arbres ornés de lumière de la plus belle avenue du monde, la jeune femme avoue en prendre « plein les yeux ! ».

 

Les Franciliens aiment la période des fêtes

décorations de sapin pour les fêtes de fin d'année
© freestocks.org on Unsplash

 

Conséquence directe ou non, l’Ile-de-France serait l’une des régions où les habitants aiment le plus les fêtes, selon un sondage BVA de 2017. Avec 64% d’approbation contre 61% de moyenne nationale. Mais c’est principalement le réveillon du Nouvel An qui y serait attendu ! Selon le même sondage, 34% des Franciliens préfèrent le réveillon du Nouvel An à celui de Noël. Ce qui est beaucoup plus que la moyenne nationale de 24%.

Pourquoi un tel engouement pour le Nouvel An ? On pourrait émettre l’hypothèse que les Franciliens sont grisés par les nombreuses options festives qui s’offrent à eux. A Paris plus qu’ailleurs en France, des soirées et événements de la Saint Sylvestre sont prévus pour tous les goûts et toutes les bourses. A commencer par les fameuses festivités des Champs-Elysées, qui attirent chaque année quelques centaines de milliers de curieux. Mais aussi les grandes soirées aux ambiances et thématiques variées : clubbing sur une péniche ou un rooftop, bals masqués, réveillons latino…

 

Un Nouvel An solidaire pour Anita

faire du bénévolat pour les fêtes de fin d'année
© Rémi Walle on Unsplash

 

Pour Anita, parisienne qui n’aime pas particulièrement la fête, le dilemme est toujours le même : « tous les ans je refuse des invitations, quitte à passer le réveillon seule chez moi devant la télévision ». Mais cette année, la trentenaire a décidé de se rendre utile, évacuant ainsi les tergiversations autour de son programme : « je prévois de faire du bénévolat dans une association, l’association l’Un est l’autre. Je vais m’inscrire pour aller servir des repas à des personnes en situation d’exclusion ou de précarité. Cela se passe dans une grande salle du 19e arrondissement ». Une façon pour elle de passer un réveillon solidaire mais aussi de lutter contre le gaspillage alimentaire. Les produits servis durant ce grand repas sont en effet issus de banques alimentaires ou d’invendus du marché de Rungis.

 

Oser partir en voyage au moment des fêtes

partir à l'étranger pour les fêtes
© Paula May on Unsplash

 

Stéphane lui aussi avait envie d’innover cette année. Ce grand voyageur s’exile pour un mois en Nouvelle-Zélande, où il passera donc Noël et le Nouvel An loin des siens. « J’avais vraiment envie de me prendre une longue pause pour couper l’hiver et faire une parenthèse dans ma vie professionnelle. En m’y prenant à l’avance, j’ai réussi à m’organiser au boulot pour avoir un mois de congés. Mais le plus dur a été de dire à ma famille qu’elle devrait se passer de moi à Noël… ». Si le trentenaire avait déjà habitué les siens à son absence durant le Nouvel An, en partant à Cuba et au Cambodge, c’est la première fois qu’il s’absentera les 24 et 25 décembre. Malgré un peu de culpabilité, il admet aujourd’hui avoir « hâte de fêter Noël sur la plage ! ».