Que vaut vraiment… la Sainte-Chapelle ?

Érigée en 1241, en 7 ans à peine, la Sainte-Chapelle est l’un des seuls vestiges du palais de la Cité, aujourd’hui transformé en Palais de justice de Paris. Pensée par Saint Louis, elle était conçue à l’origine pour abriter les reliques de la passion du Christ et parmi elles, la célèbre couronne d’épines. Les reliques ont disparu et pourtant, les touristes ne cessent de se presser aux portes de ce site classé Monument Historique. Est-ce que la Sainte-Chapelle vaut le temps d’attente en file indienne ? Réponse ci-dessous !

Deux pour le prix d’une

Sainte-Chapelle
© EP

 

Une épaisse file d’attente se dessine sur le boulevard Saint-Michel devant l’entrée de la Sainte-Chapelle. Surveillées du coin de l’œil par un policier armé, des grappes de touristes allemands, espagnols et anglais attendent sagement pour l’inspection des sacs. Pour gagner du temps, on fourre le contenu de ses poches dans son sac à main. La progression est lente mais continue. Ce n’est qu’après avoir passé le détecteur à métaux que l’on peut accéder à la cour et à la billetterie.

Et là, rebelote, on fait la queue pour payer. Dix euros pour le tarif plein, gratuit pour les moins de 26 ans. Dix minutes plus tard, nous sommes à l’intérieur.

La Sainte-Chapelle s’organise en deux niveaux : la chapelle basse destinée aux serviteurs du roi et la chapelle haute réservée au Roi, à l’élite et aux hôtes de marque. Au rez-de-chaussée, le brouhaha des visiteurs est ponctué de fréquents « chut! ». Il y a pourtant moins de choses devant lesquelles s’extasier ici bas. Entièrement restaurés il y a 150 ans, il ne reste plus grand chose des vitraux de la chapelle d’origine. La faute à la Seine et ses crues dévastatrices. Alors après avoir fait le tour de la pièce et observé le motif « fleur de lys sur champs d’azur », on rend hommage à la statut de pierre Louis X.

Pour grimper jusqu’à la cage, il faut emprunter l’escalier en colimaçon à l’entrée de la chapelle.

 

Plus de verre que de pierre

Sainte-Chapelle
© EP

 

Le cœur de la visite se trouve ici, dans un vaisseau de 33 m de long et de 20,5 m de haut (contre 6 pour la chapelle basse). En ce matin d’avril, la pièce est baignée de soleil et les éclats de couleur se reflètent comme des pépites sur le sol de pierre. Les innombrables photos de la Sainte-Chapelle ne restituent pas la stupéfaction que l’on éprouve en entrant devant ce spectacle polychrome. 618 m2 de surface vitrée, un exploit en Europe. 1 113 scènes de la Bible en rouge et bleu.

Adossées aux piliers, les statues des douze apôtres soutiennent la structure de l’église. La Sainte-Chapelle, rappelons-le, avait été pensée par Saint Louis dans le but de faire de Paris la capitale de la chrétienté. Rien n’a, de fait, été laissé au hasard. Et de nombreux détails rendent la lecture du lieu d’autant plus fascinante. Si les 22 reliques de la passion achetées à l’Empereur Byzantin ont été perdues ou déplacées, il reste encore de nombreuses choses à voir…

 

La Jérusalem Céleste

Sainte-Chapelle
© EP

 

Sous la tribune dorée, on découvre une Sainte-Chapelle miniature. Quant à la Rosace de 9 mètres de diamètre, elle a été réalisée dans le style flamboyant (contrairement aux vitaux de style rayonnant) et comprend 87 panneaux dont sept ont été refaits. Malheureusement, seuls 72% des vitraux datent du 13 siècle. Quant au sol, il est également factice, inventé par les restaurateurs il y a 150 ans. « Le sol d’origine, entièrement construit en marbre blanc brillant, permettait aux vitraux de s’y refléter dans un bain généralisé de couleurs, conte le guide. Une métaphore de la Jérusalem céleste, le fameux jardin d’Éden« .

Voilà de quoi briller en société. Pour le reste, on vous laisse le plaisir de le découvrir pendant l’excellente visite guidée. Gratuite et très érudite, elle dure 45 minutes et a lieu chaque jour à 11h et 15h.

La Sainte-Chapelle 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !