Rencontre avec un Parisien qui vit sur un bateau en plein Paris

Marc, 27 ans, vivait il y a encore quelques années une vie parisienne des plus classiques, dans son studio de 35m2. Mais c’était avant qu’il ne fasse l’acquisition d’un petit bateau, amarré au port de l’Arsenal. Une vedette hollandaise de 4 mètres de largeur sur 12 mètres de long, dans laquelle il vit heureux depuis 3 ans, malgré quelques inconvénients et scènes quotidiennes cocasses !

Le bonheur de voir des cygnes au réveil

bateau
Vue sur la Port de l’Arsenal depuis un pont © Alizée Szwarc Meireles

 

A une centaine de mètres de la colonne de la Bastille, Marc coule des jours tranquilles sur sa vedette hollandaise, pourtant peu conçue à la base pour être habitée à l’année. « L’espace y est compté et le plafond est très bas ! Lors des soirées, je ne peux pas inviter plus de 10 personnes pour des raisons de sécurité. Mais je me suis rapidement adapté ». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas non plus l’aspect financier qui l’a convaincu de s’y installer. Bien que propriétaire du bateau, la location de l’anneau d’amarrage lui coûte mensuellement autant que celle d’un studio à Paris.

Ce qui le séduit dans ce mode de vie atypique ? Le dépaysement qui lui donne l’impression d’être « à la campagne à Paris ». « Voir des cygnes et des canards au réveil, entendre les oiseaux chanter, discuter sur la terrasse », il aurait aujourd’hui bien du mal à s’en passer. Tout comme la belle luminosité offerte par les nombreuses parois vitrées du bateau. Ainsi que le calme tout particulier, rendu possible grâce à un voisinage immédiat absent en basse saison.

 

Un pont-terrasse ensoleillé dont on rêve tous

bateau
Marc sur son pont-terrasse © Alizée Szwarc Meireles

 

Le pont du bateau, qu’il a pris soin de recouvrir de pelouse synthétique et d’agrémenter de chaises de jardin, reste cependant l’atout que les Parisiens pourraient le plus lui envier. Ensoleillé l’après-midi et donnant vue sur l’agréable jardin du port de l’Arsenal, c’est à cet endroit que le jeune entrepreneur aime travailler aux premiers rayons de soleil. Ou recevoir ses amis, qui apprécient l’originalité du lieu et les jolies balades qu’il prend parfois soin de leur organiser.

En prévision de sa nouvelle vie sur l’eau, Marc a en effet passé le permis bateau pour pouvoir naviguer : «  de temps en temps je fais un saut jusqu’à la Tour Eiffel ». L’été aussi, le jeune matelot se déplace, mais cette fois-ci contraint et forcé. Pendant un mois, aux beaux jours, il doit laisser son emplacement du port de l’Arsenal vacant pour d’autres plaisanciers. Il migre alors vers Nogent-sur-Marne, à l’est de Paris.

« Je souffre plus du froid l’hiver »

bateau
Marc devant sa vedette © Alizée Szwarc Meireles

 

La saison estivale est probablement la plus agréable lorsque l’on est comme lui plaisancier. Et elle le sera encore plus à partir de 2024 quand « la Seine sera ouverte à la baignade, comme le promet Anne Hidalgo», lance Marc, séduit par l’idée d’y piquer une tête. Le plus dur pour lui reste l’hiver, saison durant laquelle il souffre du froid. « C’est très facile de chauffer le bateau, mais la chaleur s’en échappe très vite », explique-t-il. La douche aussi est une épreuve : « il faut sortir sur le quai pour aller aux douches collectives réservées aux habitants du port, et l’hiver c’est dur ! ». Les nuits de vent, l’entrepreneur avoue aussi avoir un sommeil très perturbé, à cause des mouvements du bateau.

Mais ce qui lui cause jusqu’à présent le plus de tracas, c’est avant tout le nombre d’objets qu’il fait régulièrement tomber à l’eau. « J’y ai déjà perdu un téléphone, des clés, le badge pour les douches etc. Et quand cela arrive, je plonge ! » confie-t-il en riant. Marc se souvient aussi avoir sauvé plusieurs chats, appartenant ou non à ses voisins, de la noyade. Preuve que vivre sur l’eau a tôt fait de nous transformer en héros…

Si vous souhaitez le rencontrer, Marc organise des repas healthy sur son bateau par le biais du site Mamaz social food,  pour échanger sur sa passion de la cuisine française.


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !