Solidarité : Paris confiné, mais Paris engagé !

En ces temps de confinement, les Parisiens font le nécessaire pour organiser leur quotidien. De nombreux gestes de solidarité ont aussi émergé rapidement, en fonction des disponibilités et des moyens de chacun. En l’espace d’une semaine, certaines initiatives se sont structurées. Sélection non-exhaustive d’actions individuelles et à plus grande échelle.

Entraide de voisinage

© Iñigo De la Maza

 

L’un des premiers réflexes pour un grand nombre de Parisiens : venir en aide aux voisins d’immeuble ou du quartier, personnes âgéesindividus isolés, en quarantaine stricte ou dans le besoin. Pour soutenir cet élan, l’association Voisins Solidaires et le ministère de la Cohésion des Territoires proposent un kit gratuit « Coronavirus : et si on s’organisait entre voisins ? » (à télécharger en ligne). Il se compose d’une affiche, d’un tract, d’un annuaire des voisins et d’un panneau des voisins. Un mini guide de conseils face au coronavirus, élaboré par des professionnels de santé, viendra compléter le dispositif dans les prochains jours.

D’autres plateformes permettent également aux habitants d’un même quartier de se manifester pour proposer ou demander de l’aide. C’est le cas de Nextdoor, par exemple, où les inscrits partagent leurs offres, leurs informations et leur soutien. De l’aide classique pour faire les courses à des prêts d’équipements sportifs indoor, les Parisiens ne manquent pas d’imagination et d’esprit de solidarité.

Soutien aux personnels mobilisés

© La Tête en l’Air

Plusieurs Parisiens souhaitent manifester leur solidarité envers les personnels mobilisés lors de la crise sanitaire. Pour alléger leur quotidien, le réseau Enpremierligne.fr, lancé le 15 mars, met en relation bénévoles et travailleurs engagés (soignants, services d’urgence, approvisionnement en énergie, nourriture, matériel…) pour gérer les courses et les gardes d’enfants.

D’autres offres ont également été diffusées via les réseaux sociaux : mises à disposition de logements dans la capitale pour les soignants, prêts de véhicules pour ceux qui vivent en zone mal desservie ou en horaires décalés. Ces initiatives individuelles sont majoritairement relayées sur Twitter (à rechercher par mots clés) et sur Facebook où des pages dédiées ont été créés à cet effet, à l’instar du groupe « Soutien à nos soignants de l’APHP« . Autre alternative pour les propriétaires : publier une annonce dans la rubrique « Hébergement gratuit pour personnel soignant » du site PAP.

Depuis le 24 mars, plusieurs acteurs du logements ont répondu à la demande du gouvernement pour proposer un toit aux personnels de santé, bénévoles et travailleurs sociaux mobilisés pour lutter contre le coronavirus. Notamment, Airbnb avec le dispositif « Appartsolidaire » qui se matérialise par une plateforme sur laquelle les propriétaires peuvent louer gratuitement leur logement inoccupé. Nexity et le groupe Accor font aussi partie du mouvement de solidarité, avec la mise à disposition de résidences étudiantes pour le premier (150 en IDF) et entre 1000 et 2000 lits disponibles répartis sur la France pour le second.

Saluons également les initiatives solidaires de professionnels de l’artisanat, telles que celle du chocolatier Jacques Genin qui fait don aux hôpitaux de Paris de sa production de Pâques ou encore l’opération #leschefsaveclessoignants, à l’initiative de l’AP-HP,  du chef de l’Élysée Guillaume Gomez et du journaliste Stéphane Méjanès. L’opération, coordonnée bénévolement par TipToque, met en place la livraison de repas dans plusieurs services pour les personnels hospitaliers.

Solidarité civique & bénévolat

© Youssef Naddam / Unsplash
© Youssef Naddam / Unsplash

Depuis le 23 mars, la plateforme Jeveuxaider.gouv.fr permet aux volontaires de proposer leur aide aux organisations qui œuvrent à la solidarité entre concitoyens. Il s’agit de constituer une « réserve civique » pour soutenir les structures en sous-effectif. Les associations y recensent les besoins les plus urgents : assurer une écoute téléphonique aux publics isolés, aider à la constitution de paniers repas pour les plus démunis… En priorité, figurent quatre « missions vitales » : aide alimentaire et d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure d’Aide Sociale à l’Enfance, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité.

Rappelons également que les collectes de sang se poursuivent en Île-de-France, comme sur tout le territoire. Un don qui constitue un motif de déplacement valable. Alors, Parisiens donneurs et en bonne santé, à vos attestations de sortie !