Une école de magie (très sérieuse) a ouvert à Paris. Nous avons rencontré ses élèves

Poudlard à Paris. Le café-théâtre le Double Fond propose depuis la rentrée un Bac + 2 de magicien reconnu par l’état, dans ses locaux du 4e arrondissement. Une première mondiale qui attire de nombreux élèves de France et d’ailleurs, résolus à faire de leur passion un métier presque comme les autres.

Bac +2 de magie du Double Fond ©Wassila Djellouli
Bac +2 de magie du Double Fond ©Wassila Djellouli

 

Il est 15h sur la place du Marché Sainte-Catherine. Alors que certains prolongent leur repas sur l’une des terrasses de cette agréable enclave du Marais, un drôle d’atelier a lieu au sous-sol du restaurant-théâtre baptisé Le Double fond. Là, dans un décor rouge et noir, cinq apprentis magiciens réalisent les uns après les autres un tour de cartes, sous le regard bienveillant de leur formateur. Sur leur table, sont dispersées une corde blanche, des pièces de toutes sortes, des cartes en veux-tu en voilà ou encore des serviettes en tissu.

Thomas, l’un des jeunes présents, s’est entraîné dur pour présenter l’Imprimerie, un tour durant lequel les cartes semblent déteindre les unes sur les autres. Il a choisi de le faire sur la chanson des Beatles, Yesterday. « C’est vraiment bien en musique ! », commente son professeur, magicien professionnel satisfait de la prestation de son élève. Dylan se lance ensuite, avec un tour dont il a écrit le scénario. Une histoire de sorcières, où les dames du jeu de cartes sont mises à l’honneur. Son regard capte déjà l’auditoire et son sens du rythme est parfait.

Tous les aspects de la magie explorés en 550 heures de cours

La rentrée a eu lieu le 2 septembre et les élèves ont déjà de beaux atouts à faire valoir. Il faut dire qu’aucun d’entre eux n’en est vraiment à ses débuts. S’ils se sont inscrits à cette formation diplômante, c’est avant tout pour être reconnus dans le monde du travail et bénéficier d’un cadre rassurant. Originaire de Rennes, Lucas a déjà gagné un peu d’argent en se produisant chez des particuliers, dans des baptêmes, des mariages… Des spectacles qui lui ont permis de mettre de l’argent de côté pour venir à Paris et payer cette formation à 14.850 € HT, heureusement éligible aux financements publics. Et le fait que cette dernière débouche sur un véritable bac + 2 a semble-t-il rassuré ses parents. « En étant ici, j’apprends plus vite que quand je m’entraîne seul et cela me fait des contacts », se réjouit également le jeune élève qui, comme ses camarades, suivra au total 550 heures de cours.

<small>Bac +2 de magie du Double Fond ©Wassila Djellouli<small>
Bac +2 de magie du Double Fond ©Wassila Djellouli

 

Si Dylan est ravi de « revoir les bases », Thomas, de son côté, apprécie de découvrir d’autres disciplines que les cartes, sa grande spécialité : « Je ne pensais pas prendre autant de plaisir à « faire » des pièces et des cordes », affirme-t-il, satisfait. Cartes, pièces, magie pour enfant, mentalisme, magie seul en scène… Les matières proposées aux élèves sont nombreuses et leur permettent en effet d’étendre leur spectre. On leur enseigne aussi comment gérer leur trac, poser les bonnes questions aux employeurs, mais aussi faire valoir leurs droits. « On apprend à se vendre et se créer une image de marque » confie Thomas, qui a eu droit à quelques réactions négatives lorsqu’il a annoncé autour de lui sa décision de s’inscrire à cette formation.

Une vingtaine d’élèves passionnés de 18 à 50 ans

« Ma famille m’a encouragé mais mes anciens professeurs m’ont dit ‘ne fais pas ça, passe par parcours sup !’ », explique-t-il. Ancien étudiant en arts du spectacle, Jean-Christophe a lui perçu beaucoup d’incrédulité et aussi une pointe d’enthousiasme chez les personnes auxquelles il en parlait : « j’ai eu trois types de réponses : ‘Ca existe ?’, ‘C’est une blague ?’ et ‘C’est trop cool !’ ». Si la promotion actuelle comporte une vingtaine de personnes au total, la nouvelle de la création de ce bac +2 risque fort de faire des émules. Depuis quelques années, la magie a le vent en poupe et magiciens comme employeurs sont en quête de repères. « Il y a de plus en plus de besoins dans les écoles, les maisons de retraite, dans les centres de vacances, les entreprises… car la magie permet de créer du lien », explique Adeline Galland, la responsable pédagogique. « Un diplôme permet aux employeurs de savoir ce qu’est un bon magicien et aux magiciens de faire reconnaître leur valeur ».

<small>Thomas au Double Fond ©Wassila Djellouli<small>
Thomas au Double Fond ©Wassila Djellouli

 

Suite à la formation, les élèves ont presque tous une idée précise de ce qu’ils vont faire. Dylan voudrait mêler les différentes sortes de magie à la vie quotidienne en réalisant des tours avec ce qui lui tombe sous la main, « dans un bar avec des pièces, une cigarette par exemple ». A l’instar de son idole David Stone qui « zozote », l’essentiel pour lui est d’apporter quelque chose de soi et de se servir positivement de ses faiblesses : « j’ai d’ailleurs créé un numéro sur l’acceptation de soi », explique-t-il.

Jean-Christophe, lui, a déjà été embauché à Disneyland Paris, lieu qui lui a donné envie de pratiquer la magie, où il espère pouvoir mettre à profit sa passion et se construire un rôle sur mesure.

 

Découvrez le Double-fond