Vivre à Paris, est-ce que ça change notre personnalité ?

On vous dit que vous avez changé depuis que vous êtes Parisien(ne) ? Il y a sûrement une part de vérité ! Faire ses armes dans une grande ville après avoir grandi en province et/ou à la campagne ne peut pas être sans conséquence sur notre caractère. Nous vous avons demandé si vous estimez avoir changé, et si oui, dans quelle mesure. Spoiler : contrairement à ce que certains pourraient croire, l’évolution en question n’est pas toujours négative !

Je suis devenue plus curieuse

paris
Photo by saeed mhmdi on Unsplash

 

A Paris, il y a beaucoup de sollicitations culturelles, surtout quand tu es étudiant. Tu as plein d’offres pour des places de concerts, d’opéra, de théâtre et j’en ai bien profité. La ville en elle-même est tellement riche en terme de patrimoine, d’architecture et de bonnes adresses que cela a développé mon côté explorateur. L’idée d’avoir tous les jours quelque chose à découvrir m’a beaucoup stimulée. Tu es plus facilement en interaction avec des gens qui viennent de plein d’endroits, donc cela m’a permis de m’ouvrir aux différences et aux autres cultures.

Soumaya, 34 ans

Je suis plus hermétique à la souffrance des autres

Je me rappelle encore de mes premières semaines à Paris. Empruntant la ligne 6 pour aller à mon stage, je regardais d’un œil éberlué les « Parisiens » ignorer complètement les mendiants qui les sollicitaient. Ne daignant même pas lever la tête de leur téléphone. Je m’étais promis de ne jamais devenir aussi froide, et de toujours leur accorder un regard au minimum, et au mieux un sourire d’encouragement. Mais six ans après, force est de constater que cela a bien changé. Il y a quelques jours, je me suis surprise à pester intérieurement contre la présence près de moi d’un mendiant, pendant qu’il racontait son triste parcours.

Monia, 32 ans

Je n’ai rien changé… enfin j’espère !

Je ne pense pas avoir changé, au niveau de mon comportement. En tout cas, je n’espère pas ! Je me suis toujours promis de ne pas ressembler à ce que je n’aime pas chez les Parisiens. Je parle des nombreuses incivilités, du fait de courir en poussant tout le monde pour avoir son métro plutôt que d’attendre 2 minutes sur le quai, etc, etc… Du coup, j’espère être fondamentalement resté comme je l’étais avant de quitter le Sud.

Alex, 30 ans

Je drague moins… par manque de temps

Depuis que je vis dans la capitale, je choisis la caissière la plus âgée du supermarché (donc probablement la plus expérimentée) pour aller plus vite, alors qu’avant je prenais le temps de discuter avec les jolies caissières. Je me suis rendu compte qu’en dehors des soirées, je ne prends même plus le temps de draguer. C’est même pire que cela, je ne prends plus la peine de regarder les filles et de me laisser toucher par leur beauté.

Slimane, 38 ans

Je suis beaucoup moins sympathique

paris
Photo by NON on Unsplash

 

Depuis que je vis à Paris, je suis devenu moins agréable. Je souris moins et je dis moins « bonjour », ce qui fait de moi quelqu’un de beaucoup moins engageant au premier abord. Dans les transports, je ne parle plus aux gens et le soir, j’évite de croiser les regards, sinon les gens bourrés viennent te parler. Sans m’en rendre compte, je suis également devenu presque condescendant envers ceux qui ne connaissent pas Paris. Et très impatient. Dans l’escalator, si quelqu’un marche trop lentement, je vais le coller pour lui faire comprendre qu’il doit avancer. Le mec détestable quoi.

Cédric, 38 ans

Je me suis affirmée

A Paris, tu es un peu obligé de t’affirmer, ne serait-ce que pour traverser la route aux heures de pointe par exemple ou pour refuser les sollicitations en tous genres. Mais c’est aussi le cas quand tu prends le métro : quand la porte sonne et qu’il est presque plein, tu dois bousculer un peu les autres pour te faire une place. Au début, ça me faisait très bizarre, moi qui étais toujours soucieuse de ne jamais déranger quiconque. Mais on s’y habitue ! Et puis je crois que c’est un bon exercice pour celles et ceux qui ont du mal à s’imposer.

Louna, 32 ans

J’ai développé mon sens de l’orientation

paris
Photo by Etienne Boulanger on Unsplash

 

Le fait de devoir prendre le métro, le bus, de naviguer entre les différents quartiers d’une grande ville a beaucoup développé mon sens de l’orientation. Je me fais plus confiance qu’avant lorsqu’il s’agit de suivre un itinéraire, et cela impressionne souvent mes proches qui me rendent visite dans la capitale. Je sais aussi rentabiliser les trajets et prendre les raccourcis nécessaires. Et grâce à cela, je sais que je peux me débrouiller dans toutes les villes du monde. En conséquence de quoi, je n’ai plus du tout peur de voyager…

Pauline, 24 ans

J’ai développé « la rage du trottoir »

Avant, j’étais du genre à marcher lentement, et à laisser les autres aller à leur rythme. Mais depuis quelques années à Paris, je ne supporte plus de perdre mon temps quand je me déplace. Dans mon quartier, les Batignolles, il y a beaucoup de poussettes, de trottinettes, de chiens en laisse, de personnes qui s’arrêtent pour discuter sur les trottoirs étroits. Certains jours, je me sens vraiment irrité par tous ces obstacles qui se dressent sur ma route. Cela me rend agressif…

Paul, 37 ans

Je sais beaucoup plus ce que je veux

Quand on vit dans une ville où tout ou presque est possible, on ne fait plus les choses par dépit, mais par choix. On choisit les endroits où l’on sort, les gens que l’on fréquente, la façon dont on occupe notre temps… Et puis on teste des choses qui nous sortent de notre zone de confort et nous poussent à nous découvrir davantage. J’ai par exemple découvert que j’adorais les sushis, les gens un peu barrés, et que je préférais aller boire des coups qu’aller au ciné. Cela m’a rendue plus exigeante peut-être, mais aussi plus fidèle à moi-même. Je suis aussi beaucoup plus ambitieuse, car ici je sais qu’il est plus facile de grimper l’échelle sociale…

Elisia, 23 ans

Et vous, vous pensez que la vie à Paris vous a changé ?


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !