2016, année de la technologie intelligente ?

De quoi sera fait notre futur immédiat ? Lançons les paris…

La voiture électrique s’impose

Zoe de Renault (C) DR

Tester la Model S P85D de Tesla aura été l’une de nos plus grosses claques de 2015. La voiture 100 % électrique n’est pas seulement une réalité, elle peut également être drôlement excitante. D’autant qu’elle ne pollue pas, ce qui en fait, bien sûr, un choix plus intelligent qu’un véhicule à essence. Depuis le 1er avril 2015, les acquéreurs de voitures électriques peuvent profiter d’un bonus allant jusqu’à 10 000 euros ; et ce genre d’aide devrait se développer d’autant plus fortement post-COP 21. Ce qui sera une bonne nouvelle pour les ventes de la Zoe de Renault, numéro un de cette catégorie en France. Une gamme restreinte, certes, mais qui devrait nettement s’agrandir en 2016.

 

 

L’intelligence artificielle se vocalise

M, de Facebook (C) DR

Si Siri, l’assistante virtuelle d’Apple, ne nous a pas encore convaincus, d’autres services basés sur l’intelligence artificielle pourraient bien changer la donne en 2016. Cortana, de Microsoft, désormais intégrée dans Windows 10, dispose de bien plus de personnalité que Siri (elle tire son nom du personnage synthétique des jeux vidéo « Halo »). Echo d’Amazon est un objet connecté domestique, prêt à recevoir nos commandes à tout moment, afin de nous aider, par exemple, à préparer une recette en cuisine sans salir notre tablette. Et enfin M, de Facebook, prétend carrément pouvoir répondre à des questions aussi compliquées que « Mes amis ont eu un bébé ! Pouvez-vous m’aider à trouver un bon cadeau ? Ils ont déjà eu des vêtements et des jouets. » Rien que ça !

 

 

Les réseaux sociaux se privatisent

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que M de Facebook s’activera via Messenger, non pas directement via le réseau social. Car, rappelons-le, les apps de messagerie comptent actuellement 25 % de plus d’utilisateurs que ceux des réseaux sociaux. Facebook Messenger, WhatsApp et l’incontournable Snapchat, entre autres, devraient donc continuer à croître de façon exponentielle en 2016. On dit même que CNN, le réseau d’actualités, rassemble déjà une audience plus importante via la plateforme vidéo de Snapchat que via la télévision traditionnelle…

 

 

L’intimité augmentée

Oui, l’érotisme sera aussi à la pointe de la technologie en 2016, en matière de réalité virtuelle mais également en terme de gadgets intimes connectés, comme le Little Bird. Cette création d’une startup bretonne, qui vient de gagner un prix de l’innovation au CES (Consumer Electronic Show, grand-messe annuelle de la technologie à Las Vegas), permet de recevoir des stimulations intimes en lisant les passages les plus chauds de nouvelles littéraires adaptées. Ou bien, dans un domaine plus médical, avec le développement d’Elvie, un objet connecté spécialement conçu pour la rééducation du périnée. En 2016, la technologie saura se rendre indispensable de façons bien inattendues !

 

 

Les jeux indépendants explosent

Firewatch (C) DR

Pour la première fois, en 2016, les jeux les plus attendus n’ont pas été créés par de grands studios vidéoludiques, mais bien par des artistes indépendants proposant des concepts très originaux. Qu’il s’agisse de la réincarnation d’un loufoque dessin animé des années 30 en jeu de plateforme (Cuphead), ou d’une aventure mystérieuse dans la cambrousse américaine (Firewatch), il sera facile de s’éloigner des standards habituels des jeux vidéo traditionnels. L’un des exemples les plus marquants sera That Dragon, Cancer. Créé par les parents d’un enfant atteint d’un cancer, il nous proposera un voyage émouvant auprès de l’enfant en question. Comme quoi, dans le jeu vidéo indépendant, tout est possible.

 

 

La réalité virtuelle : futur fail de l’année ?

Oui, s’immerger dans les mondes virtuels, c’est amusant de temps en temps, et notamment à moindre coût, comme avec les lunettes de réalité virtuelle (VR) Google Cardboard. Mais payer au moins 300 euros pour un casque de pointe comme Oculus Rift, ou ses concurrents qui se lanceront également cette année… pour faire quoi, déjà ? Les applications de la technologie VR restent peu nombreuses pour l’instant. Et même lorsque suffisamment de jeux, de films ou d’autres expériences seront disponibles, voudrons-nous vraiment nous couper du monde extérieur pour à terme devenir potentiellement nauséeux suite à une utilisation excessive ? Nous attendons de voir…