5 résolutions pour une rentrée déconnectée

Comment faire durer la zénitude estivale le plus longtemps possible ? En refusant de céder de nouveau à l’addiction technologique ! Voici comment…

1.    Faire comme Steve Jobs

Le visionnaire patron d’Apple voulait bien qu’on achète des iPad… Mais lorsqu’on lui a demandé juste après la sortie de sa tablette ce qu’en pensaient ses enfants, Steve Jobs a répondu qu’ils ne l’avaient pas utilisée, et qu’il limitait leur utilisation de la technologie en général. De quoi faire réfléchir…


2.    Éteindre les notifications push

A-t-on vraiment besoin de savoir en temps réel, et via un message s’affichant sur l’écran de son téléphone, que sa belle-mère a liké sa dernière photo sur Instagram ? Ou qu’une star de la chanson française a des problèmes ? Ou que Dédé a posté un nouveau lien débile dans une discussion Messenger ? Encore moins si cette notification interrompt une activité plus zen, comme la lecture. 


3.    Penser à la préservation de son cerveau

D’après le livre culte L’Internet Rend-t-il bête ? (Nicolas Carr, chez Robert Laffont), notre mémoire à court terme ne peut retenir qu’une poignée d’idées à la fois. Il faut l’imaginer comme un dé à coudre qui remplit l’aquarium de notre mémoire à long terme. Mémoire qui est la base de nos connaissances, et donc, en grande partie, de notre intelligence. L’internet – et d’autant plus le web mobile – nous inonde de centaines d’idées à la fois, faisant ainsi déborder notre dé à coudre, et le rendant incapable de remplir l’aquarium. Ce qui nuit, forcément, au développement de notre intelligence. 


4.    Bannir les smartphones… parfois

On le sait, on ne peut pas vivre sans. Mais on peut en limiter l’utilisation. À table, par exemple, d’où il est tout à fait envisageable de bannir les smartphones. Ou pourquoi pas mettre son téléphone en mode avion le week-end, voire en vacances, et se contenter de prendre des photos ? Plus radical : laisser son smartphone à la maison un jour sur deux. Et voir si l’on est davantage inspiré avec ou sans…


5.    Être dans le présent

S’il y a bien un point sur lequel tous les experts s’accordent, c’est que la coupure totale, voire l’ennui, est la condition sine qua non de l’inspiration. Sans interruptions constantes, la créativité explose. D’où la montée en puissance actuelle de la méditation ou du yoga, pratiques qui favorisent la concentration sur soi. Pour les cas les plus extrêmes, une seule solution s’impose : la détox digitale, y compris pendant des séjours dédiés, où l’on passe au moins une semaine sans le moindre gadget technologique, histoire de se retrouver. 
Pourquoi se donner autant de mal ? Sans parler de l’inspiration, on risque de devenir plus gentil. Nous serions 40 % moins empathiques qu’il y a 30 ans, soit avant l’ère internet (d’après une étude de l’Université de Michigan, cité par Sherry Turkle, imminente experte de l’addiction technologique). Dont acte !