Alice Balas réinvente le perfecto

Pièce iconique du vestiaire mode, le perfecto trouve une seconde jeunesse grâce à Alice Balas, jeune créatrice dont la première boutique vient d’ouvrir au Carreau du Temple.

Après avoir séduit les copines avec ses premiers modèles détournant le perfecto noir, Alice Balas décidait l’année dernière de quitter Londres. Fini l’agence digitale et luxe, l’apprentie créatrice part se former au métier en Inde où elle découvre ses premiers cuirs et rencontre les artisans. Elle ramènera de son périple 69 modèles, restant fidèle à la coupe du bon vieux Schott de 1923 et dépoussiérant l’icône en y ajoutant de la couleur, jouant le bicolore en version pastel, osant la touche rock, glam’ et sexy, déclinant le marine, le bordeaux et s’amusant des imprimés pour les intérieurs, des zips et des effets de manches.

Outre ses premiers modèles (pour hommes et femmes), sa première boutique-galerie voisine du Carreau du Temple propose un service de sur-mesure, deux modèles, l’un classique, l’autre plus hybride, tous numérotés et signés, personnalisables à souhait. À partir de septembre, sera lancée une série de perfectos en édition limitée (réalisables en demi-mesure) et un modèle Millésime, star de l’année. Quelques collaborations devraient rapidement voir le jour. Outre celle destinée aux motardes de l’Équipée, cinq filles parcourant le monde sur des engins de déesse, c’est l’illustratrice Malika Favre, régulièrement demandée par The New Yorker, A.C.Vogue ou Sephora, qui dessinera l’imprimé du blouson.