Bienvenue à l’ère des VR Drones

Mélangez deux des tendances high tech les plus chaudes du moment — les drones et la réalité virtuelle — et c’est parti pour un tour dans les airs, sans quitter la terre !

Pourquoi maintenant ?

Premièrement, le marché mondial des drones équipés de caméras est en pleine croissance. D’une valeur de 1,8 milliards d’euros aujourd’hui, ce chiffre devrait atteindre presque 20 milliards d’ici 2022*. Deuxièmement, l’autonomie, gros frein des objets volants à quatre hélices jusqu’à présent, n’en est plus un : le Parrot Bebop 2, par exemple, tient 25 minutes en vol sur une seule charge. Enfin, à 550 euros, ce genre de modèle est relativement abordable. Et pour 150 euros de plus, on accède à l’univers des VR drones. L’ajout d’une manette de pro et d’un casque de réalité virtuelle (VR) permet de voir à travers la caméra du drone… comme si on volait dedans ! Les meilleurs pilotes de drones au monde ne volent qu’en FPV, ou vue à la première personne. Grâce à des casques de type VR branchés sur les caméras de leurs quadricoptères, ils ne voient que ce que ‘voient’ leurs drones, pour accentuer la précision et les sensations de leurs exploits. Ces exploits sont, bien sûr, diffusés sur YouTube, où chaque vidéo peut attirer plusieurs millions de vues, ou dans des arènes, lors de rencontres des meilleurs pilotes mondiaux. On s’attend même, d’après le magazine WIRED, à ce que ces courses de drones deviennent aussi suivies, à terme, que l’eSports, ou les concours de jeux vidéo professionnels.


Parrot Bebop 2 FPV © Parrot

 

Je m’y mets comment ?

D’abord, il faut apprendre à voler. Dans un endroit adapté, ce qui n’est pas une mince affaire en soi en ville (voir ci-dessous). Le Bebop 2, que nous avons testé, représente un bon modèle de départ, car plus accessible que les modèles de ‘pro’, mais plus puissant que les drones jouets. La manette fournie avec le pack VR du Bebop 2 permet un pilotage bien plus précis que via son smartphone. Autre point rassurant : le Bebop 2 est d’une stabilité impressionnante, même face au vent. Ensuite, on met le casque, et c’est une autre paire de manches. D’abord, il faut absolument être accompagné, car on ne voit qu’à travers la caméra du drone, sans vision périphérique d’éventuels passants. Enfin prêt, on place son smartphone dans le casque, on branche ce dernier sur la manette, et on appuie sur le bouton ‘envol’. Et là, c’est la claque. Notre vue est transportée, comme si on volait littéralement à bord de ce petit objet. L’effet est encore plus saisissant lorsqu’on retourne le drone pour pointer vers soi, et on se voit du point de vue du quadricoptère, en train de le piloter. Une expérience extracorporelle si singulière que son cœur bat plus vite, palpitante, singulière et saisissante, d’autant que l’image est en full HD, et seulement légèrement saccadée. Et ce n’est que le vol d’essai ! Mais il faudra bien des entraînements avant d’attirer des millions de vues sur YouTube…

Oui, mais…

…il y a toujours un ‘oui, mais’. Premièrement, il faut un(e) ami(e) prêt(e) à surveiller son vol, et vous empêcher de recoiffer vos voisins à coup d’hélices. Deuxièmement, on ne peut pas voler n’importe où : c’est assez bruyant, c’est dangereux et ça fait peur aux passants (tout en en fascinant certains !) Il faudra donc aller au parc pour rester loin des voitures, des piétons, des usines, de l’eau etc etc. Enfin, on ne peut pas voler n’importe quand ; c’est illégal de voler la nuit. Ces nombreuses obligations observées, c’est parti pour l’infini, et au-delà !

Pack Parrot Bebop 2 FPV : environ 700 euros 

*Source : ReportsnReports.com