Club sensible : la nouvelle galerie du village Bastille

Alice Mitterand, réalisatrice et scénariste inspirée par le cinéma à fantasmes, des univers de Wes Anderson à ceux de Gregg Araki, met en avant ses coups de coeur dans sa première galerie du village Bastille.

Bienvenue dans un monde onirique et poétique, où l’imaginaire d’illustrateurs et jeunes artistes du monde entier sort de l’ombre grâce à l’œil d’Alice Mitterrand. La réalisatrice et scénariste, inspirée par le cinéma à fantasmes, des univers de Wes Anderson à ceux de Gregg Araki, met en avant dans sa première galerie du village Bastille ses coups de cœur : des dessins, des collages, sculptures et céramiques à la dimension rêveuse, touchantes souvent, faisant sourire aussi à l’image du Rennais Karosabutkiss découpant ses silhouettes dans les vieux catalogues de La Redoute ou des 3 Suisses et ajoutant des formes fantomatiques à l’humour noir assumé.

Aussi noire et profondément décalée, l’œuvre de l’Italienne Virginia Mori se dessine à l’aide de stylos BIC, révélant des jeunes filles à la fausse candeur et tournant diaboliques, Kamwei Fong, originaire de Kuala Lumpur, a lui le trait rond et drôle, ses énormes chats au look de manga et sa faune de licornes, chiens et pandas en faïence peuplent les étagères à côté de têtes d’ours géantes signées Clémentine de Chabaneix.

De la rêverie, l’artiste Stitch You Up s’en moque, brodant sur cadre quelques scènes de films d’épouvante cultes, ainsi de Shining ou Poltergeist… les minuscules cahiers de tarot d’Agathe Walais nous montrant, eux, l’avenir de la plus poétique des manières. Un lieu d’inspirations, entre cabinet de curiosités et art-shop, où le prix des œuvres –entre 100 et 400 € en moyenne – rend l’achat d’art possible.

www.clubsensible.fr