La 4K, véritable révolution ?

À l’approche de l’automne, la tentation de s’offrir une nouvelle télé sera grandissante. Car les téléviseurs 4K, à ultra-haute définition, viennent enfin de devenir abordables. Mais faut-il pour autant franchir le pas? Questions-réponses…

La 4K, c’est quoi déjà ?

Un écran 4K est composé de quatre fois plus de pixels que la meilleure définition disponible auparavant (la Full HD), soit 3 840 x 2 160 pixels. Il propose donc une qualité d’image inédite, particulièrement remarquable pour les documentaires, où l’on distingue chaque brin d’herbe ou poil de lion ! D’après Patrick Moncet, Senior TV Product Manager chez Sony (le fabricant japonais pionnier de la 4K), la technologie permet de s’offrir des téléviseurs plus grands pour la même taille de pièce. Comme nos yeux se fatiguent moins à décoder les pixels plus fins d’une télé 4K, on peut se placer presque deux fois plus près d’un de ces téléviseurs sans ressentir de gêne. On est ainsi plus immergé dans l’image qu’auparavant. La 3D domestique ne s’est jamais vraiment démocratisée.

Pourquoi la 4K marcherait-elle ?

Justement, l’image d’un téléviseur 4K est si détaillée qu’elle paraît plus profonde. C’est loin de l’effet qu’on a avec des lunettes 3D, mais l’image semble avoir plusieurs paliers, un peu comme dans les films à trois dimensions. De plus, nul besoin de lunettes (quelque peu antisociales) pour profiter de cette image si raffinée.

Je peux donc acheter n’importe quel téléviseur estampillé 4K ?

Non. Beaucoup de téléviseurs actuels proposent une image 4K sans pour autant disposer la connectivité à toutes les sources de contenus possibles. Il faut donc s’assurer que le modèle qu’on choisit est compatible HVEC, afin de pouvoir afficher les flux vidéo 4K de services de vidéo comme Netflix. Il doit également être compatible HDMI 2.2 (les prises changent des télés actuelles, mais pas les câbles).

Quelles sont les sources de contenu actuelles ?

Pour l’instant, les sources de contenu 4K sont limitées. Mais la première, Netflix, est un très bon début, le service de streaming étant un grand supporter du format. Ce dernier est disponible pour plusieurs séries, dont Breaking Bad, Daredevil ou The Blacklist, pour n’en citer que trois. Pour en profiter, il suffit de bénéficier d’un débit internet suffisant – un minimum de 9 Mbps, donc de la fibre – et d’un abonnement Netflix, d’environ 12 euros par mois. Deuxièmement, des boîtiers comme la dernière box de Free ou les consoles de jeu de type PS4 seront prochainement en mesure de fournir du contenu 4K. Troisièmement, YouTube, autre géant de la vidéo en ligne, propose des programmes en ultra-haute définition depuis un moment maintenant. Et enfin, il est possible de trouver et de télécharger certains documentaires libres de droits sur internet.

Quelles sont les perspectives de développement ?

Certes, le choix actuel de sources 4K est restreint… mais Sony estime que les options se développeront fortement d’ici un an, une fois que des opérateurs comme Free proposeront des contenus, sans oublier Canal+, entre autres. Sinon, le format Blu-Ray Ultra HD, qui peut stocker des films en 4K, vient d’être finalisé ; et les grands studios de cinéma US seraient actuellement en train de renumériser leurs catalogues en ultra-haute définition. Fin 2014, les téléviseurs 4K représentaient 10 % des ventes en termes de volume ; cette proportion devrait atteindre 15 % à 18 % cette année, selon Sony.

Quelle taille font les TV 4K ? Et combien ça coûte ?

Toujours chez Sony, on trouve des téléviseurs 4K à partir de 43 pouces (109 cm). À cette taille, le KD43X8309, par exemple, coûte un peu plus de 1 000 euros. Celui que nous avons testé, le KD55X9005CBAEP, occupe le cran au-dessus : large de 55 pouces (139 cm), il coûte entre 2 500 et 3 000 euros… mais il est plus fin qu’un smartphone, et s’intègre donc le plus discrètement possible dans un salon. Chez LG, le 55UG870V, large de 55 pouces, est 4K ; 3D ; et même incurvé, histoire de maximiser l’immersion (environ 1 800 euros). Thomson, quant à lui, propose parmi les TV 4K les moins chers, comme le 55UA7706 (environ 950 euros). Mais attention, à ce prix, ces derniers ne sont pas forcément compatibles HVEC. À bon entendeur !