Le jeu éternel

S’il n’y avait plus de frontière entre consoles de salon et consoles portables, on pourrait jouer presque constamment ! Ce rêve un peu fou vient d’être rendu possible par la dernière création de Nintendo. Voyons pourquoi la Switch est quasi révolutionnaire…

Parce que sa mobilité ne compromet pas l’expérience salon

À la base simple tablette, la nouvelle console de Nintendo se révèle être bien plus. Quand on la pose sur son socle dédié, l’image de son petit écran est diffusée sur notre grand écran (la télé), et ce sans trop de déperdition de résolution. Sans être de l’ultra-haute définition, la qualité de l’image est plus que respectable. En effet, ce n’est qu’à de rares moments que le manque de puissance de la Switch (comparée à la PS4 ou à la Xbox One) se ressent. Par exemple, lorsque de multiples ennemis attaquent dans Zelda, le rendu peut devenir saccadé. Mais globalement, l’expérience salon est tout aussi agréable que l’expérience mobile, ce qui est déjà un exploit en soi. De plus, les deux manettes ‘Joy-Con’ de la Switch, dotées de détection de mouvement et de vibrations ultra-précises, apportent de nouvelles façons de jouer, chez soi ou ailleurs.

Parce que son expérience mobile est inédite

En déplacement, les deux manettes s’attachent des deux côtés de la tablette de la Switch, pour en faire une console portable XXL, à l’image (cette fois-ci) haute définition, et aux couleurs éclatantes. Et c’est là où l’approche modulaire de Nintendo prend tout son sens : on peut continuer sa partie commencée la veille au soir le lendemain dans le métro, exactement là où on l’avait laissée. D’où cette sensation de jeu éternel, qui est de surcroît le jeu portable le plus immersif que l’on ait jamais connu. Au point de risquer soit de rater son train — pour en attendre un avec place assise, condition sine qua non pour jouer à deux mains —, soit d’oublier de descendre à sa station, tant on est submergé par le jeu ! La console se pose également sur une table, pour jouer plus tranquillement, notamment à plusieurs.

Parce que Zelda…

Une fois n’est pas coutume, la sortie de cette nouvelle console de Nintendo coïncide avec la dernière aventure de la toute aussi éternelle série Zelda. On n’aurait pas pu rêver meilleure preuve de l’intérêt de la Switch que ce Breath of the Wild (environ 50 €). D’autant qu’il s’agit du premier Zelda en monde totalement ouvert, où, d’entrée de jeu, il est possible d’aller pratiquement partout. Et comme on peut jouer tout le temps, on profite sans arrêt de ce somptueux monde imaginaire, dessiné comme un film de Miyazaki. De ses immenses plaines verdoyantes, en passant par ses cités tantôt familières, tantôt fantastiques, à l’incroyable attention portée à chaque détail, Breath of the Wild nous émerveille à chaque instant. Même concocter des plats pour notre vaillant héros est une partie de plaisir ! Hélas, après cette réussite totale, il n’y a pas encore grand-chose d’autre à se mettre sous la dent côté jeux. On se lasse rapidement de 1, 2 Switch, le party game qui s’aparente à une simple démo technique, et les autres titres de lancement nous laissent sur notre faim. Pourvu que cela ne dure pas…

The Legend of Zelda : Breath of the Wild © 2017- Nitendo

Parce que les parents pourront empêcher leurs enfants de jouer éternellement

Le jeu éternel, c’est bien ; sauf pour ceux qui doivent faire leurs devoirs d’abord ! Avec la Switch, Nintendo devient le premier fabricant de console à permettre aux parents de limiter activement le temps de jeu, avec l’app mobile « Contrôle parental ». Cette dernière permet non seulement de fixer un temps de jeu par titre, mais également d’empêcher les petits d’accéder à des jeux déconseillés aux moins de 18 ans, par exemple. Le tout via son smartphone, sans passer par la console directement. Une excellente initiative, qui on l’espère sera rapidement copiée par Sony et Microsoft. La Switch est donc définitivement la nouvelle console qu’il faut, et un retour de gloire mérité pour Nintendo après la relative déroute de la Wii U. Espérons juste que les développeurs sauront pleinement exploiter l’incroyable potentiel de cette nouvelle machine. Et vite !

Console Switch seule : environ 300 €. Jeux à partir de 50 €.