A.Shopper

Les tendances et idées shopping de juillet

Les rues se vident petit à petit. Les soirées s’espacent et les restos ferment. L’été est bien là, aucun doute là-dessus. Vous restez à Paris en Juillet ? Voici une liste qui fleure bon les grandes vacances !

On fuit Paris pour Crillon Le Brave

shopping de juillet
Crillon Le Brave © Yann Deret

 

Les vacances, les vraies, sont encore loin ? Et si vous vous offriez un week-end au paradis ? Quelques jours en Provence, surveillé par le Mont Ventoux et vous serez, c’est certain, ragaillardi. Direction Crillon Le Brave, un hôtel 5 étoiles (Relais & Châteaux) au pied des Dentelles de Montmirail. Repris par la famille Pariente (Le Lou Pinet, Le Coucou), l’hôtel s’étire au gré des maisons qui le composent. Se promener dans Crillon Le Brave, c’est donc se perdre dans le dédale d’un village traditionnel datant du XVIIème et XVIIIème siècle. La réception s’ouvre sur la Maison Salomon, le spa dans la Maison Décor, quant au restaurant gastronomique mené par la brillante cheffe Anissa Boulesteix, il se niche dans la Maison Reboul.

Sur les huit maisons, l’hôtel compte 15 chambres et 18 suites décorées avec poésie, discrétion et minimalisme. Mobilier chiné dans la région, tomettes rouges au sol, textile noble… Vous vous sentez comme à la maison ? (La piscine, en plus). C’est l’objectif escompté.

Côté décoration, c’est à Charles Zana (Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres depuis cette année) que la famille Pariente a confié les murs de son hôtel provençal. « Respecter la pierre et le paysage de Crillon le Brave était l’ambition du projet. La vue est à couper le souffle et les murs centenaires m’ont inspiré un dialogue entre le respect des lieux et une recherche de sérénité contemporaine face au Mont Ventoux. Cet esprit de village et la poésie qui s’en dégage offrent également une authentique forme de convivialité épurée et sans artifice que j’ai tenu à sublimer » . Inspiré d’abord par le lieu, l’architecte a opéré un travail d’habillage en parfaite harmonie avec le caractère de Crillon. Au total en 2019, une dizaine de chambres, les restaurants et le bar de l’hôtel sont repensés par le designer. L’occasion parfaite de s’offrir une parenthèse provençal au milieu des vignes.

Crillon Le Brave 

On investit dans une gourde Lund

shopping de juillet

… Et on arrête de multiplier les bouteilles en plastique. Canicule ou pas, en été, il faut s’hydrater ! La marque éthique Parisienne créée par l’ancienne miss France Laury Thilleman s’est associée à la marque de design anglaise Lund pour développer une gourde tout en rondeur. En forme de culbuto et flanquée d’un bouchon rond, cette gourde en acier inoxydable recyclé est exempte de BPA, PVC et Phthalates. Et bonne nouvelle, elle garde le froid pendant 24h et le chaud pendant 12h.

Gourde Gambetta, 35 euros 

On sauve sa peau avec Merme

shopping de juillet
Merme © OH MY CREAM

 

Il n’y a pas de saison pour essayer de nouvelles marques de cosmétiques. Toujours à l’affût de griffes naturelles et méconnues en France, Oh my cream lance ce mois-ci Merme (prononcez « Meurmi »). Inventée par Claire, une mannequin australienne installée à Berlin, Merme est 100% naturelle, organique et vegan et se base sur une approche ultra-minimaliste de la beauté (hourra !). Comprenez que les soins sont formulés  avec des ingrédients purs, et pour la plupart en mono-ingrédients. Donc sans pesticides, huiles minérales, sulfate de sodium, alcool, silicones et parfums artificiels… Merme propose notamment un soin poudre composé à 100% de vitamine C et un sérum à base d’huile de rose musquée pressée à froid et entièrement biologique.

Merme 

On marche en claquettes Glossier

shopping de juillet
© Glossier

 

Glossier, la marque de cosmétiques créée par Emily Weiss, récidive cet été avec une ligne de vêtements et d’accessoires baptisée Glossiwear : duffle bag jaune citron, pince à cheveux rose et verte, claquettes, hoodie millenial pink frappé du logo… Au total, huit pièces sont (ou seront) mises en vente sur le site web (Glossier n’ayant aucun revendeur physique en France). Et puisqu’elles sont produites en édition limitée, seuls trois items sont autorisés par panier.

Quant aux prix, ils sont à l’image de la marque : plutôt accessibles, allant de 10 euros pour la pince à 48 euros pour le sweatshirt. Bon point pour la griffe américaine, les vêtements sont unisexes et taillent jusqu’au XXXL.

Glossiwear 


Ne manquez aucun de nos bons plans et jeux-concours en vous inscrivant à notre newsletter !