Focus sur une marque parisienne : Tricote moi un Tattoo

Tricote moi un Tattoo ou le mariage très réussi de deux jeux d’aiguille : le tricot de grand-mère et l’univers du tatouage un brin plus provocateur. Créée par deux Parisien.ne.s en 2014, la marque de streetwear revisité s’est fait connaître à travers une pièce signature que l’on devrait déjà s’arracher (ça change du pull de Noël lutin) : le sweat en molleton avec jacquard aux motifs tout poétiques et colorés. Depuis, elle a ouvert un showroom à Paris, a lancé son site et propose même d’autres vêtements. Focus sur Tricote moi un Tattoo, une marque presque parisienne à 100%.

 

Une marque 99.9% parisienne, 100% made in France

Marque de vêtements parisienne : Tricote moi un tattoo @ Tricote moi un Tattoo
@ Tricote moi un Tattoo

 

A l’origine, il y a Caroline Juteau. Cette jeune Parisienne tout droit venue du 9e arrondissement, styliste de formation, est spécialisée dans la maille et le tricot, qu’elle pratique depuis son enfance, et passionnée par le tatouage. En 2014, l’idée prend forme et Tricote moi un Tattoo naît à Paris avec l’envie de proposer des vêtements réunissant ces deux univers. Quelques années plus tard, le photographe Vadim Ouaki et son monde non moins tatoué rejoignent l’aventure. Ça donne quoi ? Des vêtements dessinés à Paris. Un molleton chiné et des accessoires réalisés dans le Marais. Des T-shirts imprimés dans le 18e arrondissement. Un tricot tricoté à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Des sweat confectionnés dans des ateliers de Sevran, en Seine-Saint-Denis. En bref, une marque 100% made in France, 100% francilienne et 99.9% parisienne.

Un amour du/de tatouage

Marque parisienne vêtements : @ Tricote moi un Tattoo
@ Tricote moi un Tattoo

 

L’ambition d’un vêtement Tricote moi un Tattoo est simple : devenir une seconde peau, un tatouage éphémère que l’on peut changer d’un jour à l’autre selon nos humeurs. Pas de « pour la vie » ici mais des vêtements qui durent un bon bout de temps néanmoins et arborent des motifs en tricot inspirés des tatouages japonais, russes, old school et de tant d’autres. Vadim Ouaki est en effet passionné par leur histoire et leur signification et chaque pièce créée a ainsi sa propre symbolique. Des marins blonds qui nous rappellent Les Demoiselles de Rochefort ou Jean Genet, selon la sensibilité. Des amoureux qui se bécotent sur les bancs publics en hommage à Brassens. Des félins et une fleur de cerisier inspirés par le tatoueur japonais Horitomo. Des crocodiles en duel avec des requins qui nous ramènent aux comics vintage de notre adolescence. Le tatouage n’est ici pas trash mais terriblement poétique.

Des sweats mais pas seulement

Marque parisienne streetwear : @ Tricote moi un Tattoo
@ Tricote moi un Tattoo

 

Incontournable, la pièce emblématique de la marque, le sweat et son jacquard, se décline pour les femmes comme pour les hommes. On peine d’ailleurs à décider à qui il sied le mieux. A vous probablement ! Récemment, Tricote moi un Tattoo a élargi son offre et propose divers accessoires (bananes, bijoux, pin’s…), des T-shirts qui n’attendent que d’être couplés à un jeans, des jupes et des robes old school, des pantalons à la taille haute et aux jambes évasées comme on aime à nouveau les porter aujourd’hui, et même des bombers ou des chemisettes. Une belle idée à glisser sous le sapin que l’on retrouve sur la boutique en ligne, dans le showroom du 18e ou dans le Marais à l’occasion des ventes éphémères de Noël.

Tricote moi un Tattoo
Showroom au 10 passage du Grand Cerf, Paris 2e (sur rendez-vous au 06 65 10 98 47)
Ventes éphémères du 10 au 24 décembre, tous les jours de 11h à 19h30, au 73 rue de Turenne, Paris 3e