Samuel Gassmann : boutons de manchette

Dans l’univers de l’accessoire pour homme, il faut compter sur le créateur Samuel Gassmann. Loin des bijoux fantaisie, têtes de mort et répliques de bagnoles, cet ancien journaliste pour la chaîne Arte, passionné d’histoire de l’art, crée dans son atelier du Viaduc des Arts, avec son épouse Donatienne.

Des boutons déclinés en ligne du jour et du soir, de sport, négligé, d’apparat ou simplement décoratifs (à partir de 105 €). S’inspirant de grandes figures, Mondrian, Malevitch ou Gerhard Richter, il combine couleurs, numéros, joue du hasard et des matières nobles – la nacre, le bronze, la porcelaine, la pâte de verre ou le jais – pour créer cabochons uniques ou en édition limitée. Ses dernières inspirations s’amusent du sertissage pour sortir des « modèles hommage » au designer Sol LeWitt, à Erwin Wurm et même au peintre Jackson Pollock. Repérée par Colette dès ses débuts, la marque s’est fait une place dans les vitrines de la boutique Astier de Villatte et d’Eglé Bespoke et a également développé ses premières créations de bijoux, dont la bague double anneau or rose, réplique d’un modèle de la Renaissance.