Serendipity Sport

Les pop-up stores de Noël ont fermé leurs portes depuis longtemps, mais le très créatif Serendipity Sport joue les prolongations pendant encore quelques jours. Dans un espace aux allures de galerie d’art, si c’est bien le sport qui est au cœur du concept, il s’envisage du point de vue de la mode, du high-tech et du design.

Moderniser l’image de la pratique sportive, c’est un peu la mission du duo frère-sœur qui a pensé ce concept-store éphémère, voué, c’est certain, à réapparaître prochainement ici ou ailleurs. Passionnés par le sport, donc, Lucie et Guillaume Leguen se sont inspirés de leurs rencontres comme de leurs voyages pour proposer une sélection originale et exclusive de marques internationales, d’un côté pour le running, le fitness et le yoga, de l’autre pour le surf et le skate.

Lucie et Guillaume Leguen, fondateurs de Serendipity Sport (C) DR

On découvre ainsi les vêtements techniques et chic des petites structures londoniennes Monreal London ou Lucas Hugh, les pièces issues de la technologie 3M du New-Yorkais ICNY ou encore les combis de surf californiennes de Carapace. Mais partant du principe que les esthètes du sport veulent un vrai lifestyle plutôt qu’un simple équipement, on trouve également chez Serendipity Sport, du prêt-à-porter casual (la collection Sport de G.Kero, le rainwear des Danois de Rains…) et de belles exclusivités.

C’est ainsi que l’on découvrira ici et pas ailleurs la chaussure Adidas Futurecraft réalisée par imprimante 3D ou – avis aux supporters –, la collection capsule de sweats et de hoodies  PSG x Edifice, designée par Hirofumi Kiyonaga et initialement destinée exclusivement au marché japonais. Mais dans l’espace connecté où le high-tech, version sport toujours, a également sa place (des bracelets Jawbone à la montre Activité Pop de Withings), les Leguen ont aussi laissé parler leur amour du design.

La FuturCraft d’Adidas (C) CR

Et l’on peut parler alors de véritables œuvres d’art quand il s’agit d’admirer les skateboards en marqueterie de paille de Mathieu Espagnet, les haltères en matériaux précieux de Marine Breynaert et la chaise d’arbitre aérienne de Stéphanie Langard (déjà montrée dans nos pages). En se posant un peu ici le temps de déguster un jus de fruits et légumes de la Juicerie, on verra d’un œil neuf la bonne résolution, sans cesse reportée, de chaque début d’année. On pourrait bien se remettre au  sport, pour entretenir sa forme autant que pour soigner son style.