Les tendances et inspirations shopping du mois d’octobre

Octobre sera historique (ok, on exagère un peu). Pour les accros au make-up, l’arrivée en France de la marque d’Emily Weiss se fête presque autant qu’une année bissextile pour les personnes nées un 29 février. En attendant le jour J, on prépare sa carte bleue et on apprend par cœur son cryptogramme visuel. Voici les tendances et inspirations shopping du mois.

 

Tendances make-up : un mascara Glossier

Gros plan sur un visage de femme
Glossier – DR

 

Rares sont les marques de cosmétiques à cultiver autant leur aura. Imaginée par Emily Weiss, auteure du blog Into the gloss, Glossier allie depuis quatre ans cosmétiques inclusifs et marketing 2.0. Bien que non commercialisée – jusqu’ici – en France, la marque est devenue en quelques mois, grâce notamment aux réseaux sociaux, un véritable must-have pour les beautistas. Chez Colette en septembre 2017 un pop-up Glossier avait provoqué d’immenses files d’attente. Il faut dire que les produits, des basiques bien pensés au packaging minimaliste, ne coûtent pas un bras et répondent aux attentes des consommatrices actuelles. Avant le lancement de ses produits, Emily Weiss analyse scrupuleusement les commentaires laissés par ses lectrices. Les compositions ne sont certes pas 100% clean mais Glossier participe sans aucun doute  à une forme de démocratisation de l’univers de la beauté.

Aucun revendeur ni boutique ne sont prévus cette année, mais il sera enfin possible de commander sur le site et de se faire livrer son Cloud Paint à domicile dès le 23 octobre.

 

Tendances déco : un Ketma de Paris

carte de Paris
© Atelier Ketma

 

Certains aimeraient mettre Paris en bouteille.  Pour Audrey, Cloe et Claire, ce serait plutôt en Ketma. Architecte de formation, le trio a décidé de clouer au mur les fameuses maquettes qu’il réalisait pendant leur étude. « Une ode à la ville dessinée par l’architecte, mise en relief par des matériaux, tout en couleurs et en textures. » Réalisés artisanalement, les Ketmas (maquettes en verlan) répondent à un processus en trois étapes. Les courbes du paysage sont d’abord dessinées à la main. Une fois le tracé réfléchi et les matériaux choisis, la pièce est ensuite découpée au laser à commande numérique puis assemblée à la main. Au total, trois couches se superposent : un fond gravé, un arrière-plan texturé et un premier plan découpé, gravé et numéroté au laser.

Sur le site, on choisit la couleur des premiers et des arrières-plans et enfin la taille de sa maquette. Dans leur superbe collection Paname, vous aurez le choix entre différents quartiers parisiens. Alors, team Jules Joffrin ou team Belleville ?

Atelier Ketma, entre 89 et 165 euros

 

Tendances mode : une fringue Bobo Choses (pour soi)

 

S’il existe une marque capable de nous faire regretter l’enfance et les cagoules qui grattent, c’est bien Bobo Choses. La griffe de mode enfantine propose pour l’automne une gamme de vêtements pour femme colorée, nonchalante et un brin mélancolique. Pantalon loose en velours cobalt, pull graphique en laine mérinos, banane en fausse fourrure… Un retour à l’école primaire grâce à quelques pièces de vestiaire confortables et douillettes. « La collection Happysads pour femme s’inspire de la façon dont nous, enfants et adultes, exprimons des émotions contradictoires. Même les adultes peuvent avoir de la difficulté à identifier leurs sentiments ; nous ne savons peut-être même pas comment les nommer. »

Bobo Choses, collection automne-hiver Happy sads

 

Tendances accessoire : une ceinture moule

Ceinture Moule © Amélie Pichard

 

Vous n’avez pas les moyens de vous payer le sac en rotin estampillé du fameux Croco ? Pourtant, l’humour d’Amélie Pichard vous fait fondre ? Visez les pichardises de la dame. Une gamme d’accessoires bourrée de second degré à petit prix : des pantoufles en satin rose digne de Santa-Barbara ou encore cette très seyante ceinture moule. Pour 120 euros, repartez avec une ceinture en cuir verni violet imitation croco fermée par une boucle « moule » dorée en métal. Sublime.

Amélie Pichard, ceinture moule 120 euros 

 

Tendances food : une pizza sur-mesure

Source : page Facebook Atelier Bizzo

 

La valse de restos ne s’arrête jamais rue du Faubourg Poissonnière. Le dernier né n’a pas à rougir de sa devanture. Dans un décor signé  Dorothée Meilichzon, on croque des pizzas… sur-mesure. Après avoir choisi sa pâte romaine (fine) ou napolitaine (moelleuse), on coche une poignée d’ingrédients parmi une liste alléchante. Taleggio, artichauts, jambon San Daniele… On tend sa commande aux serveurs et on patiente au soleil. Une fois le tout assemblé, il faut moins de deux minutes au four, un mastodonte construit pour le lieu, pour cuire la pizza. Ne craignez donc pas la file d’attente qui se dessine le midi devant la vitrine, le service est aussi souriant qu’efficace. Comptez 15 euros pour une pizza personnalisée. Pour ceux qui manquent d’inspiration, des recettes basiques (et délicieuses !) sont proposées. Une Margherita à moins de 10 euros, avouez que c’est tentant.

Atelier Bizzo, 53 rue du Faubourg Poissonnière,10e