Véhicules électriques : les limites de l’autonomie

L’offre des véhicules 100 % électrique s’est développée à une vitesse incroyable. Cependant, l’autonomie de ces voitures et autres scooters reste un grand frein à leur adoption… Illustration avec la très luxueuse américaine Model X de Tesla et le simplissime scooter N1S Civic, du fabricant chinois NIU. Deux véhicules aux extrémités de large palette actuelle.

Tesla Model X : le luxe a un prix 


Le dernier modèle du fabricant américain Tesla © Tesla

Après avoir été bluffés par le Model S de la même marque, nous avons sauté sur l’occasion de tester sa version 4×4. Bien que basé sur le même châssis qu’un Model S, la X propose six sièges en tout (sept en option) et un accès fort singulier aux sièges arrière : via ses portes ‘Falcon’, qui s’élèvent comme des ailes au-dessus de la voiture pour faciliter l’accès à tous les passagers. Une fonctionnalité tout aussi pratique que m’as-tu-vu, garantie pour faire tourner les têtes des passants. 

Autre aspect impressionnant de la Model X : son pilote automatique. Celui-ci bloque non seulement la voiture sur la vitesse maximum de l’autoroute, mais tourne également le volant, et ralentit si la voiture s’approche trop d’une autre devant. De quoi laisser présager un avenir pas si lointain, où toutes les voitures seront totalement autonomes. D’ailleurs, toute Tesla fabriquée depuis octobre 2016 est techniquement capable d’être 100 % autonome… et le sera dès que la législation le permettra. 

Seulement voilà : la taille supérieure de la Model X fait que son autonomie est inférieure à celle de la Model S (jusqu’à 565 km en moyenne versus 632 km max en moyenne). Sans compter que les kilomètres restants selon le niveau de charge de la batterie, affichés derrière le volant, ne sont qu’une estimation, parfois trompeuse, surtout si on a fait de l’autoroute, ce qui vide plus rapidement la batterie que la conduite urbaine. 

Conduire un véhicule électrique oblige donc à adopter de nouvelles habitudes. D’autant qu’avec une voiture de ce type, il faut prévoir des arrêts de rechargement d’une heure en moyenne dans la mesure où on ne peut pas se déplacer avec une batterie de secours. D’où une anticipation permanente sur des déplacements de plus de 200 km.

Tesla Model X : environ 100 000 €


N1S Civic de NIU : ultra-pratique, du moins dans l’immédiat

Tout en bas de l’échelle électrique, le scooter N1S Civic (environ 3000 €)  n’a une autonomie que de 80 kilomètres ; ne permet d’embarquer qu’un seul passager et se limite, bien sûr, à une utilisation en ville. 

Il contourne cependant assez habilement les contraintes des recharges, en permettant d’enlever sa batterie pour la charger chez soi. Une pratique courante avec les vélos électriques, mais insolite par ailleurs, même avec les meilleurs scooters électriques actuellement disponibles, comme le C Evolution de BMW (environ 15,000 €). 

Au prix du Civic du fabricant NIU (3000 €), il ne faut forcément pas s’attendre à la qualité de fabrication du BMW. Des détails comme les freins qui couinent sur un modèle tout neuf laissent présager une durée de vie limitée, mais à ce prix, on peut se permettre de ne pas trop tiquer sur les détails. Et puis, comme tout véhicule électrique, il a l’avantage d’être silencieux (il faut donc faire particulièrement attention aux piétons, qui ne nous entendent pas arriver). On profite également de la forte accélération des moteurs électriques, qui permet de griller pas mal de monde aux feux. Mais avec une vitesse maximale de 45km/h, le N1S Civic reste plus lent que la plupart des scooters, même s’il permet de slalomer entre les voitures coincées sur les routes urbaines.

Et si finalement le vélo électrique était le véritable avenir du transport ? C’est ce que nous verrons une prochaine fois…

NIU N1S Civic : environ 3000 €

(Photo : © NIU)