6 comptes d’illustratrices écolos à suivre sur Instagram

Plus encore que les yogini, les panoramas montagneux ou les chats, le dessin est la star d’Instagram. Sur le réseau social, il amuse, étonne, émeut… et parfois dénonce. Une génération d’artistes engagées en font effectivement le lieu de convictions écologistes et vegan. Gros plan sur six comptes d’illustratrices « bio » à suivre pour éveiller sa conscience.

 

Ectomorphe : la nature sublimée

Les fragments de pensée esthétiques d’Ectomorphe submergent Instagram d’une vague de poésie. Car chez la jeune illustratrice, tout est affaire de subtilité. Si la végétation est abondante, elle n’est jamais là où l’on s’attend. Les plantes envahissent les corps des femmes, s’insinuent sur leurs épaules ou dans leurs dos, en tatouages, constituent le cœur de vignettes romantiques où il n’est pas rare de contempler des roses ou une nuit étoilée. Une douce impression de surréalisme ressort de ces fulgurances où Mère Nature, à l’instar de la beauté féminine, se voit sacralisée, à la fois vénéneuse, organique et mystérieuse.

 

Mesolyne : l’amie des plantes

Autoproclamée « amie des plantes« , Mesolyne déploie un imaginaire fertile où s’entrecroisent nymphes des bois, ours polaires, loups féroces et enfants perdus. Une mythologie à la Hayao Myazaki qui, aux antipodes de nos sociétés modernes polluées, nous fait vibrer au gré de paysages glaciaux, aquatiques ou forestiers. Traversés de gamines souriantes et d’animaux fantaisistes, ces dessins-là ont comme un goût de conte de fées et libèrent un doux parfum d’évasion. Le contrepoint, on s’en doute, à une réalité forcément plus violente et nocive.

 

Insolente Veggie : la force ironique

Au sein de la blogosphère, Rosa B est l’une des plus estimées végétaliennes. Depuis 10 ans déjà, la bédéaste décoche ses traits d’humeur sur le blog Insolente Veggie. Ses coups de crayon incisifs rendent compte d’une société où animaux, nature et atmosphère sont constamment malmenés. Alors que le quatrième tome de sa saga dessinée éponyme a déboulé dans les bacs en septembre dernier, l’antispéciste continue d’alimenter son compte en croquis caustiques. La touche Rosa B, c’est cet étrange mix entre la fausse candeur du crayonné et la force ironique du message, tristement lucide. Déconseillé aux carnistes.

 

Lauraklinke_art : spiritualité et féminité

Les dessins à la noirceur quasiment gothique de Laura Klinke sont envoûtants. Métaphorique, la Nature y est omniprésente. Comme si l’individuel et l’universel ne formaient qu’un, son respect – et celui de nos amis les animaux – est associé au bien-être, à la compréhension de soi et de son corps, à l’épanouissement sexuel et au refus des injonctions sociales. Un discours aussi spirituel que féministe, dont l’étrangeté visuelle et spleenesque fascine.

 

Blachette : l’éveil de la conscience

Sous leur apparente lisseur, les créations graphiques de Blachette accouchent d’une certaine amertume. Cette dessinatrice engagée (au sein du mouvement écologiste #DrawForEarth) n’hésite pas à esquisser les formes des thématiques les plus crues, comme les ravages du braconnage, l’extinction des espèces ou les victimes animales du déferlement de déchets en mers. De ses propres mots, ses dessins ont pour but de « sensibiliser et dénoncer à travers des illustrations ce qui se passe actuellement sur Terre à cause de notre négligence collective (industriels, politiques mais aussi nous-même) » dans l’espoir de tendre vers une remise en question synthétisée en quelques mots : « Quand est-ce que nous allons nous réveiller ?« . On aime à penser que le crayon de Blachette éveillera plus d’une conscience.

 

Alice Wietzel : nudité originelle

Parée de ses 15 000 followers, Alice Wietzel fait partie de cette nouvelle vague d’illustratrices françaises honorant l’intimité, le corps et l’imaginaire féminins, aux côtés de Lorraine et Agathe Sorlet, Inès Longeval ou encore Safia Bahmed-Schwartz. Volontiers érotisant, son univers célèbre la nudité originelle de la femme et sa dimension sacrée. L’idéal pour exprimer des discours absolument modernes, comme la préservation de la nature, les droits des femmes et l’expression libre des sexualités. Avec ses dessins à la pureté paradisiaque, Wietzel semble dépeindre une harmonie en péril. Féminité, animaux sauvages et Nature ne font qu’un dans cet univers idéal où l’homme est quasiment absent. CQFD.