Avengers, le plein de Super…Héros

Les Avengers sont de retour au cinéma cette semaine dans Captain America : Civil War, et presque en chair et en os, à la Défense dans l’exposition Marvel Avengers Station. Des super-héros dont on n’a jamais eu autant besoin et qui ne finissent pas de cartonner. Retour sur ce super phénomène.

Va, cours, vole et Avenge !

Vous veniez à peine de les quitter dans Avengers : L’ère d’Ultron (le 22 avril 2015) que voici déjà de retour Captain America, Iron Man, Black Widow, et Vision. Il faut dire que les films sont un tel succès (les 5è et 7è plus gros de tous les temps, avec 1,5 et 1,4 milliard de dollars de recettes mondiales pour le 1 et le 2), que les studios Disney Marvel ont bien compris qu’il fallait exploiter le filon. Ce n’est d’ailleurs pas Robert Downey Jr., Iron Man en personne, qui nous contredira. De passage à Paris pour une avant-première endiablée où il a mis le feu au public du Grand Rex et à la Tour Eiffel qu’il a illuminée aux couleurs de son armure (super coup marketing, non ?), RDJ a révélé l’équation Marvel selon lui : Marvel égale Mytholologie Moderne plus Money* (* argent). Le résultat, une surenchère d’effets spéciaux dans ce nouveau film issu de la série de comics Civil War, sortie en 2006 et réputée inadaptable par les fans vu le nombre de super-héros mis en scène. Une centaine qui s’affronte à grands coups de super pouvoirs et de camions lancés dans la tronche. Un chiffre réduit ici à cinq contre cinq pour que ça reste visible, comme le confirme Don Cheadle, alias War Machine, le compère d’Iron Man : « Je me suis dit que c’était super que Marvel continue à faire évoluer la franchise, mais quand on m’a dit que dans Civil War il y avait une centaine de super-héros qui s’affrontaient, je me suis dit que ça ferait quand même un peu beaucoup sur le plateau ». Cinq ou cent, peu importe au fond, car dans cette baston mémorable entre la team Iron Man qui accepte de collaborer avec le gouvernement pour que le pouvoir des Avengers soit contrôlé, et son ami Captain America qui s’y refuse, le plus impressionnant c’est bien le nombre de stars hollywoodiennes alignées. Un casting hallucinant allant de Chris Evans à Robert Downey Jr. en passant par Scarlett Johansson, Paul Bettany et Jeremy Renner. Tout ceci sans compter sur l’arrivée d’un nouveau super-héros de taille (attention spoiler, mais c’est dans la bande-annonce) en la personne de Spider-Man ! Un clin d’œil jouissif à l’écran qui a peut-être l’air de rien, mais qui sous-entend un accord entre les deux studios concurrents, Sony qui détient la licence Spiderman et Disney qui déteint le reste de la licence Marvel. Preuve s’il en est du pouvoir réel de ces super-héros.

 

Captain America: Civil War, d’Anthony et Joe Russo, avec Chris Evans, Robert Downey Jr., et Scarlett Johansson. Fantastique. Sortie le 27 avril.

 

L’exposition fantastique

Quand un super-héros débarque quelque part, il ne fait pas les choses à moitié. Investissant les sous-sols de la Défense, l’exposition Marvel a carrément recréé un complexe scientifique pour y abriter les Avengers : l’Avengers STATION, soit 2000m² dédiés à l’histoire de ces héros. Car plus qu’une simple balade entre le bouclier de Captain America et le marteau de Thor, c’est une véritable immersion que vous propose cette exposition. Muni de votre smartphone ou d’un iPod fourni contenant une application dédiée, vous vous glissez dans la peau d’un agent du SHIELD (Strategic Homeland Intervention Enforcement Logistics Division), l’agence d’espionnage de l’univers des super-héros, avec tout un système de vidéos et de questions-réponses qui vous permettront d’accéder aux niveaux supérieurs. Vous investirez la S.T.A.T.I.O.N., la Scientific Training and Tactical Intelligence Operative Network. Rien que ça ! Soit, la formation scientifique et réseau d’exploitation des services secrets tactiques. Le labo secret, quoi ! En entrant dans la première pièce, la salle Captain America, vous découvrirez son costume et son palmarès militaire, avant de rejoindre le laboratoire biologique de Bruce Banner, véritable mine d’or sur le Hulk. Plus loin, vous en apprendrez plus sur Black Widow, avec le vrai costume dans lequel Scarlett Johansson s’est un jour glissée. Si, si ! Vous frôlerez aussi du doigt l’arc et le carcan de Hawkeye et le sarcophage de Vision. Vous apprendrez l’histoire de Scarlet Witch (Elizabeth Olsen, à retrouver en page Conversation) et Falcon. Vous investirez également l’observatoire de Thor dans lequel la NASA elle-même vous en dit plus sur le système des exo planètes et imagine où se situe la planète d’Asgard dans l’univers. Enfin, fleuron de l’exposition, l’atelier d’Ingénierie d’Iron Man où sont présentées plusieurs armures du héros incontesté de la franchise. Tout ceci avant l’ultime épreuve, un affrontement interactif grandeur nature contre Ultron et ses drones qui mettront fin à cette aventure sensorielle entre science et science-fiction.

 

Exposition Marvel Avengers S.T.A.T.I.O.N., jusqu’au 25 septembre – 84, Esplanade du Général de Gaulle à La Défense, station La Défense, Grande Arche. Tarifs : Adultes : 21,99 €, Enfants (-12 ans) : 16,99 €.

 

Un phénomène de mode

Tout cela suffit-il à comprendre le succès des Avengers ? De son côté, Anthony Russo, coréalisateur du film l’explique par le fait que Marvel a eu l’idée de génie d’adapter au cinéma la recette qui a fait sa gloire avec ses comics d’encre et de papier : « Marvel a appliqué le principe des séries aux films de cinéma. Ça a commencé il y a 10 ans avec le premier Iron Man et ça continuera au moins jusqu’en 2019, date de sortie d’Avengers : Infinity War Part II, dernier film prévu sur les Avengers. C’est quelque chose qui se voit dans les séries où vous voyez les personnages évoluer, mais ça ne s’était jamais vu au cinéma, où vous n’avez que 2h pour raconter une histoire ». Une histoire qui tournerait court si la qualité des films n’était pas au rendez-vous. Car au-delà de la maîtrise totale du spectacle, il y a ce second degré constant devenu pourtant rare dans un cinéma aussi coûteux. Et il y aussi ce côté psychologique, certes basique, mais qui a le mérite d’exister et de prôner des valeurs de courage, d’amitié, et de loyauté dans lesquelles on aime à penser qu’on peut se retrouver. Car c’est bien là la vraie recette du succès Marvel, nous donner la possibilité de nous identifier à des héros qui seraient inaccessibles s’ils étaient trop « supers » et pas assez faillibles. Ces gentils qui vont jusqu’à se battre pour être sûrs que c’est le dernier qui a parlé qui a raison, ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? Cet Iron Man en armure dure à l’extérieur, tendre à l’intérieur avec son cœur fragile en plus, ça ne vous parle pas ? Ces individus en collants qui ne peuvent s’empêcher de bouillir en voyant des catastrophes à la télé et qui rêvent d’un monde meilleur où les brutes seraient neutralisées, ça ne vous rappelle vraiment personne ? Cherchez bien…