Lutter contre le gaspillage en distribuant mieux les invendus : Focus sur 3 associations

Aux côtés d’acteurs bien établis tels que les Restos du Cœur ou la Banque Alimentaire, on trouve de nouveaux organismes qui luttent contre le gaspillage alimentaire en améliorant la distribution de la nourriture. Dans Paris, à moyenne comme à petite échelle.

Le camion-frigo du Chaînon Manquant

Créé en 2014 par Valérie de Margerie, l’association porte très bien son nom, et son slogan « Le + de la chaîne alimentaire ». La raison ? Elle complète parfaitement le paysage associatif sur cette thématique. L’initiative cible en priorité les petits commerçants, petites et moyennes surfaces, et les grands événements, qui étaient majoritairement oubliés dans les récoltes d’invendus.

La réglementation actuelle pose une contrainte majeure sur le don de denrées : il ne faut pas que la chaîne du froid soit interrompue. Le Chaînon Manquant s’est équipé de camions frigorifiés, et propose donc une livraison immédiate, travaillant à flux tendu. La nourriture est ensuite redistribuée aussi bien à des particuliers qu’à des associations caritatives partenaires. La boucle est ainsi bouclée. L’association est soutenue par la mairie de Paris et faisait partie de la promo 2017 des acteurs du Paris durable.

À vélo avec Biocycle

Comme le Chaînon Manquant, Biocycle est soutenu par la mairie de Paris. Et respecte parfaitement la chaîne du froid en déplaçant la nourriture sur des triporteurs équipés de housses isothermes. L’association commence à agir en 2014 et devient rapidement le relais de proximité entre les commerçants et les associations caritatives. D’où son slogan « Alimentation et solidarité à l’échelle du quartier ».

Les éco-charlie, piétons solidaires

Enfin, cette association créé début 2016 complète elle aussi le maillage associatif de proximité. Comment ? En ciblant les petits commerces, les marchés et en redistribuant ses récoltes à pied et en chariots ! Une fois la collecte effectuée, les bénévoles font le tri dans les denrées et les partagent équitablement dans des paniers pour leur consommation et celles des autres. Les éco-charlie cultivent en plus un esprit bien particulier : le freeganisme. Il s’agit « d’un mode de vie alternatif qui consiste à consommer principalement ce qui est gratuit et à créer des réseaux d’entraide qui facilitent les échanges afin de dénoncer le gaspillage alimentaire et la pollution générées par les déchets. ».