6 comptes Instagram pour faire évoluer les mentalités

Loin de se limiter aux selfies et au foodporn, Instagram est le medium parfait pour dénoncer les injustices et défendre les causes, des complexes que la société impose aux femmes au racisme de l’industrie du spectacle. Voici six comptes pour faire évoluer les mentalités.

 

LegallyBlack

View this post on Instagram

the amazing @thejemmar up in brixton now🌹✨

A post shared by LegallyBlack (@legallyblackuk) on

Conciliant militantisme et culture du LOL, Legally Black se bat « pour une meilleure représentation des afro-américains » au sein de l’industrie hollywoodienne. Pour ce faire, pas de brûlot ou de discours incendiaire, mais une méthode astucieusement drolatique : détourner les affiches des plus grands succès de l’industrie du spectacle en remplaçant les vedettes blanches par des personnes de couleur. Résultat, on s’étonne moins de ce que l’on voit – ces montages parodiques glissant d’Harry Potter à Titanic et de Bridget Jones à James Bond – que de ce que l’on ne voit pas – cette diversité qui manque aux productions dont les multiplexes nous abreuvent. Un changement se profilerait-il à l’heure du succès planétaire de Black Panther ?

 

Peter De Vito

Non, Instagram n’est pas le paradis des peaux lisses, des teints halés et des corps parfaits sous tout rapport. Le photographe Peter De Vito le démontre en mettant en lumière à coups de flashes l’épiderme adolescent. S’y dévoilent au gré des visages de filles et de garçons ses imperfections, boutons d’acné, tâches de rousseur et autres ponctuations que l’on masque habituellement par filtres interposés. Une façon de prôner l’émancipation de la jeunesse par l’acceptation du corps, malgré la pression sociale et les diktats de beauté alentours.

 

T’as Joui ?

C’est presque une question rhétorique, posée en espérant un « oui » qui ne viendra jamais : T’as Joui ? Une façon ironique pour son instigatrice Dora Moutot de nous conter les aléas de la jouissance féminine, de la méconnaissance qu’ont les hommes (et parfois les femmes) d’une intimité encore tabou aux discours misogynes les plus insidieux, du grand mystère du clitoris aux monologues (intensément caustiques) du vagin. Vous êtes plus de 160 000 à vous abreuver de ce florilège de tweets, textos et croquis auto-dérisoires à souhait, esquissant l’orgasme comme un idéal inatteignable. Jouissif, forcément jouissif.

 

Activist NYC

View this post on Instagram

#NoJusticeNoSeat: Women and survivors of sexual violence are furious at the nomination of Brett Kavanaugh to the Supreme Court of the United States. Dr. Christine Blasey Ford and other women have accused Kavanaugh of sexual assault and his judicial record makes clear he cares only about the privileges of elite white men. If he becomes a Justice on the Supreme Court, he will likely help to overturn Roe v. Wade and strip away the rights of women. Activists gathered in Flatiron District to demand that Kavanaugh be punished for his crimes, not given a lifetime appointment in the highest court of the land. #BelieveSurvivors #trustwomen #cancelkavanaugh #stopkavanaugh #kavanope #women #smashthepatriarchy #thefutureisfemale #pussygrabsback #neverthelessshepersisted #metoo #metoomovement #timesup #feminism #intersectionalfeminism #abortionrights #womensrights #reproductiverights #womensrightsarehumanrights #nastywomen #resisttrump #impeachtrump #dumptrump #activistny #documentaryphotography #photojournalism #endrapeculture #stoprape

A post shared by Activist NYC (@activistnyc) on

Un noir en blanc à la fois photogénique et grave envahit les images d’Activist NYV, projet photographique faisant la part belle aux manifestations qui secouent New York. Au sein d’une Amérique rongée par les vers, celle de Donald Trump, les citoyens agitent leurs pancartes et haussent leur ton pour donner à entendre les scandales gouvernementaux, les violences raciales qui traversent une nation pourtant synonyme de melting pot, l’importance de la neutralité du net et les situations d’harcèlement sexuel. Les messages sont forts : « Humanity first », « We will no longer be silent #MeToo », « Imigrates are welcome », « The future is female »… Indignation et espoir confèrent tout leur poids à ces posts qui sont autant de pavés lancés pleine vitesse.

 

Feminastic

Veille d’actualités à échelle internationale, l’inter-sectionnel Feminastic ne limite pas son champ d’expression aux convictions féministes. Non, ce compte aux 224 000 abonnés s’envisage comme un vaste carrefour des militances, traitant aussi bien de la libre circulation des armes à feu que des violences à caractère homophobe, du drame des réfugiés, des complexes physiques et des injonctions sociales dont nous faisons tous l’objet. Un lieu d’indignations en pagaille, réunies au nom de l’éveil des consciences.

 

Invisible People

Vous les observez sans vraiment les voir. Fantômes de la jungle urbaine, les sans-abris souffrent d’une misère sociale qui va de pair avec une misère affective – ce rapport silencieux et inexistant à l’autre. Ce regard qui se refuse, Invisible People l’instaure et le démocratise. Posts et portraits attribuent un visage et une histoire à ces grands ignorés de la société contemporaine. Si ces images et mots ont l’air d’une goutte dans l’océan, ils ont au moins le mérite d’attribuer à ces anonymes leur histoire, leur présence et leur singularité. Un geste nécessaire.