Toujours plus de platines !

Le Rex Club et le Pavillon des Etangs vous proposent de venir découvrir leurs programmations pour cette semaine.

Le Robert Johnson s’invite au Rex Club

C’est le club préféré des DJs. Installé loin de l’agitation berlinoise, au bord du Main, le Robert Johnson est parfois l’unique raison pour laquelle les touristes français viennent visiter Francfort. Le club, qui accueille moins de 300 personnes, ne fait pas dans la fioriture. Une seule salle en parquet, une déco minimaliste, un bar en bois, un DJ booth fonctionnel, une petite terrasse, et un sound system souvent considéré comme le meilleur d’Europe. Seule originalité, son restaurant, où Ata, le cofondateur du club et fin gastronome, cuisine pour les artistes de passage – toujours la crème de la musique électronique mondiale -, qui viennent profiter d’un public capable de danser sur tout, sans jamais se plaindre.

Le Robert Johnson possède également un (excellent) label, sur lequel vient de sortir le troisième volume de la compilation Lifesaver, qui regroupe des titres des habitués du lieu, et qui vous donnera une bonne idée de l’atmosphère musicale qui y règne. L’équipée allemande sera de passage au Rex Club pour promouvoir le disque ce jeudi, avec le résident Massimiliano Pagliara, Oliver Hafenbauer, le programmateur du Robert Johnson, et le duo de Francfort Benedikt Frey et Nadia D’Aló pour un live machine de leur groupe Init.

Robert Johnson X Lifesaver Tour 3, jeudi 28 septembre au Rex Club à partir de minuit, 5
Boulevard Poissonnière, 2e. M° Bonne Nouvelle. Entrée : 5-8€.

Moodymann, un lunatique aux plantines

Moodymann vs Andrès. Deux légendes de Detroit réunies pour un mix à quatre mains. L’offre est alléchante. Parce qu’il s’agit de deux des DJs les plus versatiles de la ville de la Motown. Moodymann, le DJ masqué qui représente le mieux le côté soulful de Detroit, a fait du bruit ces derniers mois avec ses prestations iconoclastes.

Il a d’abord été salué pour avoir enchaîné, au festival anglais Field Day, un titre de drum’n’bass, suivi des Beatles (« Come Together ») et – ironiquement – du « Mask Off » du rappeur américain Future. Un saut temporel que lui seul pouvait oser… Un peu plus tard, il a stupéfié les fans de house en jouant le tube « Sex on Fire » des rockeurs de Nashville Kings of Leon… Et il ne faudra pas compter sur Andrès pour recadrer les choses, lui qui a gardé ses réflexes de DJ de Slum Village, le groupe de rappeurs produit par J Dilla, avant de s’orienter vers la house. Et il sait bien que son « grand frère » n’est pas toujours gérable : « Moi, je suis un DJ hip hop qui ne joue pas de hip hop. Moodymann, lui… Sa façon de mixer est rebelle. Parfois, il ne mixe même pas, il joue juste les morceaux. C’est une approche différente. » Voilà qui s’annonce croustillant…

Samedi 30 septembre, de 22h à 5h au Pavillon des Étangs
50, route de l’Étoile, 16e. M° Porte Maillot. Entrée : 20-25€.