Concrete, c’est fini (pour le moment)

Même si l’on savait Concrete en sursis depuis plusieurs semaines, on espérait toujours une issue heureuse au conflit qui l’opposait à la société Bateau de Paris-Ile-de-France, propriétaire de la barge la plus appréciée des Parisiens amateurs de la musique électronique. Malheureusement, malgré plus de 21 000 signatures recueillies pour sa pétition en ligne et le soutien de nombreux acteurs politiques et culturels, Concrete va bien fermer ses portes, après huit ans de bons et loyaux services marqués par des lives et DJ sets mythiques signés par le gratin de la scène française et internationale.

Clap de fin le 22 juillet

C’est dans un long message posté sur Facebook ce mercredi 26 juin que le lieu annonce officiellement raccrocher les gants et rendre les clefs de ce qui fut l’un des meilleurs clubs du monde pour tous les aficionados de techno, de house et d’autres déclinaisons de la dance music pointue. Cette fin prématurée prendra effet le 22 juillet. D’ici là, Concrete continuera à proposer de belles soirées chaque week-end (on vous conseille notamment celle du 12 juillet, avec Oscar Mulero, Dino Sabatini et Patrick Russell). Surtout, le club célébrera la fin de cette aventure en apothéose avec un dernier marathon Samedimanche qui permettra de danser une dernière fois sur son dancefloor, du 19 au 22 juillet. Si la composition de cet ultime line-up n’a pas encore filtré, nul doute que l’ambiance sera folle et chaleureuse pour ce baroud d’honneur.

Ce n’est qu’un au revoir 

Et si quelques larmes risquent de se mêler à la sueur des danseurs lors de cette soirée finale, les habitués du spot du Quai de la Rapée peuvent déjà commencer à espérer de meilleurs lendemains : fidèle à son slogan « No standing, just dancing », l’équipe derrière Concrete ne compte pas rester silencieuse bien longtemps. Sur les réseaux sociaux, Brice Coudert, son DA charismatique, l’explique assez bien : « C’est également pour nous un coup de boost énorme qui va nous obliger à nous réinventer, avec l’excitation et l’œil du tigre de nos débuts. » On n’en attendait pas moins de leur part.

Bref, Concrete est mort, vive Concrete !